• Curieusement, ca marche mieux en ce moment pour les équipementiers français que pour les constructeurs dont ils sont les fournisseurs. Coté constructeurs je vous fais pas un dessein. PSA est tout proche du dépot de bilan et a encore à régler son problème de fermeture de l'usine d'Aulnay. Sans compter qu'il lui faut revoir sa stratégie pour être plus présent dans les pays émergents. La marque Renault roupille gentiment depuis une bonne quinzaine d'année alors que le groupe lui même touche les dividendes de ses prises de participation avisées dans Nissan, Dacia en Roumanie et au Maroc et dans Lada/Avtovaz en Russie.
    Coté équipementiers, Valéo va bien, merci pour lui. Après des années pendant lesquelles il a vivoté à la remorque des constructeurs hexagonaux, il a viré de bord vers les autres constructeurs,aux Etats Unis ou dans les pays émergents dont la Chine. Résultat, il surfe sur les marchés qui tournent bien, les US et la Chine.
    Même topo pour Plastic Omnium dont l'avenir est tout autant aux US et en Allemagne qu'en France. Il dispose deja de 13 usines en Chine et d"autres usines aux Etats Unis pour fournir les constructeurs locaux ou les usines locales des constructeurs européens.Il surfe sur les transferts de développement et de fabrication de sous ensembles des constructeurs vers les équipementiers et sur celui du métal vers le plastique
    Autre exemple, Faurecia, filiale de Peugeot,en quasi faillite il y a peu de temps encore,qui s'est largement redressé sur fond de réorientation vers d'autres constructeurs et d'autres pays. 
  • En même temps que nos constructeurs et industriels voguent vers le large au détriment de leurs implantations en France, on constate de çi de là quelques arrivées de sous traitants chinois de nos industriels pour établir une base en France. C'est le cas de la société chinoise Victall, fournisseur de pièces et de sous ensembles pour l'industrie chinoise des trains à grande vitesse,- incidemment la plus importante au monde-,qui vient d'annoncer son implantation en Alsace, tout proche de l'usine Alstom de Reichschoffen. C'est dans cette usine que sont montés les voitures des trains TGV duplex, des AGV et des trains régionaux d'Alstom.
    Une implantation qui n'est pour l'instant qu'une tête de pont de Victall pour y recevoir des pièces de Chine sur lesquelles seront réalisées des opérations de finition avant livraison.L'objectif de Victall est de trouver d'autres clients européens pour pouvoir y créer une vraie usine de production. Des discussions sont en cours avec les concurrents d'Alstom et seuls autres constructeurs ferroviaires européens, Bombardier et Siemens.
  • Les grandes universités américaines ont depuis longtemps mis à disposition de leurs étudiants sur Internet les cours de leurs professeurs. Ils viennent d'aller plus loin en proposant un système de correction de copies qui fait appel à l'intelligence artificielle.Un tel système peut se substituer à la correction professorale dans un certain nombre de cas, en général des questions à réponses courtes ou des sciences exactes, ce qui permet de libérer d'autant le corps professoral pour d'autres taches.Ce sont les Universités prestigieuses d'Harvard et du MIT dont les chercheurs  travaillent sur ces concepts via leur émanation commerciale EdX, ou encore celle de Standford pour ses start ups Coursera et Udacity.
    L'intelligence artificielle consiste à accumuler les connaissances humains sur tel ou tel sujet et à utiliser ces compétences accumulées face à un problème donné pour en extraire une solution.
    L'utilisation de ces techniques fait débat aux Etats Unis car un certain nombre de professeurs, pas convancu de la technique, ont déjà pu "tromper" dans certains cas le correcteur automatique. Les fans du système, eux, prétendent qu'il marche uniquemnt dans des cas simples pour l'instant, mais monteront en qualité de réponse et de sophistication  avec le développement de la technique et de la masse de savoirs sur lesquels les réponses seront basées. D'après eux il se passera pour la correction automatique le même phénomène que pour les machines automatiques de jeu d'echec Au début, elles se faisaient battre par un joueur moyen, désormais elles mettent en échec les meilleurs joueurs...
    A suivre...
  • La  tendance porteuse des activités et des développements dans l'informatique, c'est le "Cloud" c'est à dire la mise à disposition à la demande et donc la location des progiciels dont les utilisateurs ont besoin. Une révolution beaucoup plus profonde qu'il n'y parait car au delà des progiciels eux mêmes, elle implique la centralisation des données dans d'énormes Data Centers qui sont entre parenthèses d'énormes concentrateurs de demande énergétique.
    Elle amène également à un grand rebattage des cartes dans les activités et les parts de marché des grandes sociétés de l'informatique, l'émergence de "nouveaux" et les achats des uns par les autres.
    C'est ainsi que le japonais Fujitsu a annoncé racheter l'intégralité de la start up française RunMyProcess qui permet, "en passant par les programmes de gestion qu'elle propose, d'économiser les armées de serveurs de ces Data centers. Une tendance nouvelle qui progresse à 20pct par an et est peu présente pour l'instant au Japon.
    Fujitsu devrait implanter dans la Silicon Valley une équipe marketing "RunMyProcess" avec un centre de support technique en Inde avec des ambitions mondiales