• Le grand fournisseur en gaz conventionnel de l'Union Européenne et surtout de l'Europe Centrale est le russe Gazprom qui détient un quasi monopole lié au système d'approvisionnement par gazoduc.C'est ce monopole qui expliquait la différence importante existant entre les prix du gaz aux Etats Unis et dans l'Union européenne. Cette différence a été exacerbée encore plus par l'émergence des gaz de schistes aux US et la baisse des prix que cet excédent brutal de gaz a provoqué.

    ScApprogazEurope


    On aurait pu penser que cette baisse des prix US allait se traduire par une baisse parallèle en Europe.La logistique très lourde des approvisionnements en gaz l'a empéché dans un premier temps. Il faut en effet pour pouvoir transporter du gaz, soit disposer de gazoducs qui vous mettent dans les mains exclusives du possesseur du dit gazoduc ( cas de Gazprom et de l'Europe) soit de disposer dans le pays exportateur d'usine de liquéfaction de gaz, de bateaux spécialisés dit méthaniers, fort couteux et en nombre restr
    eints sur le marché, et dans les pays importateurs, d'usines de régazéification et de capacité de stockage de gaz avant de pouvoir injecter le dit gaz dans le réseau de canalisations qui amènent ce gaz jusqu'au consommateur final.
    Toutes facilités fort coûteuses et qui prennent du temps à construire et exploiter.
    Dans un premier temps, Gazprom à fait la sourde oreille aux demandes des gaziers et électriciens européens pour baisser ses prix, fort de son monopole logistique sur l'approvisionnement par gazoduc. Par contre la mise sous cocon de nombreuses centrales à gaz et la concurrence de bases et de produits chimiques importés des US s'est traduit par une baisse de la demande. Combiné au maintien de prix élevés et à une hausse de la production de la Norvège, tout cela s'est traduit par une baisse des livraisons de Gazprom de 9pct, de 154 à 139 milliards de m3 de gaz en 2012 et par l'émergence de la Norvège comme premier fournisseur de gaz de l'Union Européenne.
    Autre tendance intéressante, l'indexation des prix du gaz non plus sur le prix du pétrole brut, -qui n'a pas grand chose à voir avec- , mais sur les prix spot du gaz. Statoil, le norvégien, l' a accepté pour 55 cpt de ses volumes, Gazprom seulement pour 7 pct, ce qui explique sa baisse.Une tendance nouvelle qui devrait permettre de rapprocher les prix du gaz en Europe de celui aux Etats Unis

  • En France on a enfin trouvé la solution pour que les hausses du prix du gaz à la consommation passent sans douleur. Au lieu de procéder à un réajustement de prix tous les six mois, on le fait désormais tous les mois. Résultats les dites hausses ou baisses sont moins prononcées et passent inaperçues. Il fallait y penser. Ca nous a pris deux ou trois ans au moins malgré le passage de différents ministres et une CRE,Commission de Régulation de l'Energie,pléthorique.

    ScVariationTarifgaz

    Vous mêmes d'ailleurs, comme moi, ne l'aviez peut être pas remarqué, mais notre prix du gaz pour les particuliers change désormais tous les mois.
    La preuve ci contre! Coup de chance pour le gouvernement, -ce n'est pas si souvent- , il a mis en place sa modification de la formule du tarif juste au moment ou la tendance de l'évolution du prix du gaz s'est inversée! C'est ainsi donc que ce prix a baissé de 0,8pct en fevrier, 0,3 pct en mars et baissera encore de 0,6pct en avril.
    Autre modification significative, la part d'indexation du coût d'approvisionnement de GDF Suez sur le prix spot du gaz est passé de 26 à 36 pct et la période de référence de 6 à 8 mois, tous élements qui vont amortir les variations de prix au particulier. Un petit inconvénient néanmoins,la relève des compteurs ne s'effectuant qu'une fois par an, on ne va plus savoir à quels volumes ces prix au mois le mois vont s'appliquer.

  • Gazprom a l'avantage d'avoir des clients aux deux bouts du territoire russe, à l'ouest c'est l'Allemagne, l'Autriche, l'Italie et même la France, à l'est c'est la Chine et le Japon, dont vous savez qu'il est devenu depuis Fukushima un énorme importateur. A l'occasion de l'arrivée au pouvoir du nouveau Président Chinois Xi Jinping, une visite du nouveau chef de l'Etat Chinois a eu lieu à Moscou au cours de laquelle se sont signés de très gros contrats d'approvisionnement en gaz et en pétrole. Des contrats entre Gazprom et le chinois CNPC pour des livraisons de gaz sur trente ans et entre Rosneft et le même CNPC pour des livraisons de pétrole. La perspective de la signature de ces contrats explique peut être le manque de souplesse de Gazprom pour introduire une part variable d'indexation, sous la forme d'une référence au prix spot du gaz, dans ses contrats à l'intention de ses clients européens...