• Les chimistes et les pétrochimistes européens n'arrètent pas de tirer la sonnette d'alarme sur les prix des gaz de schistes très bas que l'on peut observer aux Etats Unis et qui concurrencent gravement les productions européennes dans ce domaine qui ne disposent pas d'accès au gaz à de tels prix. La faute aux gaz de schistes qui ont pris un essor considérable là bas alors qu'en Europe et en France en particulier, leur exploitation n'a pas démarré du fait d'une forte opposition des opinions publiques pour des raisons écologiques.
    Le gaz est en effet la matière première de base de toute l'industrie chimique et un prix du gaz de schiste aux Etats Unis trois fois plus faible que celui auquel cette industrie peut avoir accès en Europe avec du gaz conventionnel, tue simplement  la compétitivité des produits européens sur les marchés export.
    Les chimistes américains ont rapidement réagi à ce nouvel age de la pétrochime en investissant lourdement et rapidement dans de nouvelles capacités d'Ethylène. Il va en résulter des millions de tonnes de bases chimiques dès 2006 alors que nous sommes déjà en surcapacité en Europe.Vous voyez déjà le marasme à venir. N'est ce pas Monsieur Montebourg? 
  • L'essor des gaz de schistes au Etats Unis se traduit par un transfert de la production d'électricité là bas à leur profit et au détriment...du charbon dont le pays est un très gros producteur. Dans ce jeu de chaises musicales, le charbon excédentaire est exporté vers qui en veut dans le monde et en particulier vers l'Europe et surtout l'Allemagne qui en mange du coup son chapeau écologique et ses normes de réduction drastique d'émissions de CO2.
    L'électricité produite à partir de charbon américain coûte en Europe nettement moins cher à produire qu'à partir du gaz russe alors qu'aux US, c'est l'électricité produite à partir de gaz de schistes qui coute moins cher qu'à partir de charbon! Une confirmation de l'écart abyssal qui existe entre les coûts d'accès au gaz aux US et en Europe et donc du désavantage compétitif que subit de ce fait l'industrie chimique européenne.
    Pour donner un exemple, GDF Suez a mis sous cocon récemment 2800 MW de puissance installée au gaz et E.ON a annoncé dans les prochaines années l'interruption de 11 000 MW de capacité de production.
  • L'industrie européenne "électro-intensive"  et en particulier l'industrie chimique souffre énormement de cet écart de compétitivité avec les US lié au gaz de schistes. Les sociétés européennes et françaises implantées aux Etats Unis par contre ne bénéficient. C'est ainsi que le groupe verrier Arc International a réactivé son troisième four dans son usine américaine de Millville dans le New Jersey ou que le cimentier Lafarge a passé certaines de ses usines US au gaz. Arkéma, le chimiste de spécialité, qui est très présent aux Etats Unis (Un tiers de son chiffre d'affaire) nous dit âr l'intermédiaire de son Président Thierry Le Henaff :"Ce qui est bon pour l'économie américaine est bon pour Arkéma".Et Vallourec qui a ouvert une unité de production de tubes à Yougstown dans l'Ohio affirme que 80 pct de son chiffre d'affaire est liée à l'explosion des gaz de schistes
    Les gaz de schistes sont estimés avoir contribué à la création de 600 000 emplois aux Etats Unis depuis 2010 et à la réémergence des Etats Unis comme pays industriel majeur dans la monde.
  • La part des gaz de schistes dans la production mondiale de gaz a été de 13 pct en 2012. Elle est estimée passer à 21,5 pct pour 2030.
  • Le chinois Sinopec a racheté récemment 50 pct d'un gisement de gaz de schistes baptisé Mississipi Lime, situé dans l'Oklahoma et appartenant à l'américain Chesapeake pour 1,02 milliard de dollars. La baisse des prix du gaz aux US, en effet, n'a pas que des avantages et en particulier pas pour les producteurs. Total qui avait précédemment racheté également des parts de gisement à Cheasapeake a annoncé récemment qu'il n'était plus possible de développer certains gisements au prix de vente actuel du gaz aux US et Cheasapeake plombé par sa dette est obligé de vendre pour 7 milliards d'actifs dont Sinopec va bénéficier.

    A suivre...