C'est du moins l'impression que l'on peut retirer du rapport récent du COR, Conseil d'Orientation des Retraites, que le Monde vient de publier.

Il nous informe en effet que cet age de départ effectif observé pour l'année 2011 pour les salariés du privé s'est établi à 61,9 ans alors qu'il n'a été pour les salariés du public que de 57,1 ans dans la fonction publique d'Etat et de 58,4 dans la fonction territoriale et hospitalière. Ainsi donc, si vous avez eu la malchance de vous orienter vers le secteur privé,celui qui fait vivre le public, vous perdrez 5 années environ de vie en statut retraité par rapport à vos amis du secteur public.

Sans compter que si vous avez rejoint la SNCF ou la RATP, c'est encore mieux car leurs agents sont, eux, partis encore plus tôt à 54,4 pour les premiers et à 55,1 pour les salariés RATP.C'est, parait il, du à l'importance des catégories "actives" de salariés dans ces deux entreprises, en clair ceux qui,ont une activité à risque ou pénible que vous n'aviez peut être pas remarqués.

ScPensionPublicPrive

En se projetant dans l'avenir, le COR nous informe que l'age de départ en retraite dans le public devrait augmenter pour atteindre 58,7 années en ...2025 du fait de la suppression de l'avantage accordé jusqu'alors aux parents de 3 enfants. Il ne nous dit pas, par contre de combien aura augmenté d'içi là l'age de départ en retraite des salariés du privé, qui n'arrête pas inexorablement d"augmenter du fait du trimestre en plus de cotisation qui se rajoute tous les ans pour atteindre sa retraite à taux plein.

Quant aux montants des retraites servies, le même rapport nous montre que c'est encore pire comme vous pouvez voir ci contre. En 2011, la moyenne des retraites des salariés de la fonction publique s'est monté à 23 187 euros soit plus du double de celle des salariés du privé et 15 pct de plus que celle des cadres du privé!!!  

En se projetant dans l'avenir c'est encore pire! Jusqu"en 2025/2030 les deux courbes des retraites servies, pour la fonction publique tous personnels confondus, pour les retraités du privé toutes catégories confondues et celle des seuls cadres du privé, evolueront parallèlement c'est à dire toujours avec un montant du simple au doiuble entre retraites du public et privé. A partir de 2025 ce sont les retraites du public qui s'envolent en conservant un rapport du simple au double entre salariés du privé et retraites de tous les personnels confondus dans le public

Quant aux cadres du privé, ils vont voir leurs retraites baisser jusqu'en 2025 avant de remonter jusqu'en 2060 mais toujours 25 pct en dessous de celles du oublic, toutes catégories de personnel confondues.

Pourquoi de tels écarts? Parce que nous sommes gouvernés par des représentants élus des fonctionnaires en très forte majorité d'abord et que ces derniers à l'Assemblée Nationale et au Sénat savent bien se protéger au détriment de ceux qui ne sont que très faiblement représentés dans les hémicycles.

Ensuite, parce que la retraite des salariés du privé est calculée en faisant la moyenne des salaires reçus sur les 25 dernières années de leur carrière alors que celle des salariés du public sont calculées sur leurs seuls derniers six mois. Sans compter que le fonction publique a l'habitude culturelle de doinner un dernier coup de pouce aux salaires de leurs employés durant cette dernière année de service. Essayez de retrouver votre salaire d'il y a 25 ans et vous verrez la différence que cela fait. C'est Monsieur Balladur qui a fait ce cadeau dramatique aux salariés du privé, au mois d'aôut. Una aggravation des conditions de retralte abusive à mon sens des retraites du privé pour laquelle aucun syndicat, à ma connaissance, ne s'est mobilisé pour nous défendre;

Signalons enfin la situation scandaleusement favorable des retraites des régimes spéciaux et de leur évolution dans le temps. Sans compter que l'adossement des retraites de ces régime spéciaux au régime général s'est fait avec une large compensation salariale.  

Double peine donc pour les salariés du privé par rapport à ceux du public. Ils travaillent plus longtemps et leurs retraites sont infiniment plus faibles! Comme l'a dit Madame Karniewicz,,responsable des sujets de retraite à la CFE/CGC: "Depuis des années on demande des sacrifices au privé, tout en épargnant le public.

Notre Président ayant été élu très majoritairement grace aux voix de la fonction publique, et nos deux Assemblées étant constituées en large majorité de représentants de la fonction publique, je ne vous dirais qu'une chose:         Indignez vous!!!