Le psychodrame de la faillite annoncée de l'Etat Chypriote va vers une résolution, peut être seulement temporaire, à grands coups de milliards d'argent des contribuables européens pour protéger notre euro commun de la faillite. C'est la mesure "technique" inévitable pour essayer de résoudre le problème. Après tout, au niveau d'un pays, c'est exactement la même chose qu'au niveau du budget d'un ménage. Votre ménage est surendetté pour s'être laissé aller à vivre au dessus de ses moyens? Qu'à cela ne tienne, vous vous inscrivez aux organismes qui gèrent le désendettement et les fourmis qui eux font des efforts pour mettre de coté quelques économies plutôt que d'acheter de l'électromenager à tout va, viendront à votre secours! C'est là néanmoins que la réalité va vous rattraper et ca risque de faire mal. 

C'est pareil pour l'Union Européenne. Vous avez compris que comme pays en situation économique très moyenne, rejoindre l'Euro était une aubaine qui allait vous permettre d'emprunter au même taux que l'Allemagne et de se constituer une industrie bancaire de paradis fiscal! Extraordinaire! Et la Banque Européenne que vos banques tapent tous les mois pour se constituer des liquidités qu'elles reprêtent à tout va à des taux attractif à n'importe quel milliardaire dans le monde, n'a rien vu, trop occupéé sans doute à résoudre les mêmes problèmes mais plus gros, en Grèce, Portugal, Espagne ou ailleurs ! C'est quand même extraordinaire qu'en même temps que nos hommes politiques vilipendaient les paradis fiscaux aux Iles Caymans, dans les Caraïbes, à Jersey, dans l'Etat du Delaware aux Etats Unis, à l'Ile Maurice ou ailleurs, nous nous constituions tranquillement, au sein même de l'Union Européenne, un paradis fiscal du même tonneau. Et on nous dit que personne n' a rien vu. Etonnant non?

Venons en maintenant à la manière dont l'Union Européenne à résolu la question. C'est l'Eurogroupe, la réunion des Ministres des Finances des pays de la zone euro, sur proposition de la "troika", un petit groupe de spécialistes de divers pays de l'Union Européenne en accord avec les instances internationales, qui, du jour au lendemain, en décide ainsi. On vous prête 10 milliards, mais vous en mettez sur la table 5 à 7 prélévés sur les dépots existants dans les banques chypriotes. Et exécution immédiate svp, votre parlement vote les nouvelles taxes dès lundi matin!

Que deviens le droit de propriété dans tout cela, en principe sacré dans l'Union et dans la Constitution Française en particulier? Foulé aux pîeds !! Ce ne sont pas vos élus qui en décident, ni mêmes des élus. Ce sont des techniciens de haut niveau qui certes tiennent le haut du pavé de la BCE ou de l'Eurogroupe. Est il donc impossible à ces techniciens/politiciens de se rappeller que votre compte en banque n'est que le prolongement de ...votre poche et que de prendre de l'argent dans votre poche sans votre accord s'appelle...un vol!

 

Incidemment quand, en France, on vous parle de réquisitionner tel ou tel appartement pour vous forcer à le louer, on est exactement dans la même logique de spoliation de la propriété individuelle...

Le parlement chypriote, consulté quand même, a quand même renaclé à ce traitement à la hussarde ce qui a permis tout de même de renégocier, à la marge, les conditions du prêt de la BCE. La situation était trop grave et l'urgence trop forte pour que l'on puisse faire autrement que de passer sous les fourches caudines de la BCE est des autres membres de la zone euro.

Il est quand même franchement scandaleux que:  - L'on ait pu mettre l'euro en place sans mettre en place en même temps un système d'harmonisation des politiques économiques et budgétaires,        

                                                                         - Qu'il n'y ait pas eu pendant des années un suivi sérieux de l'évolution financière des pays membres qui mentaient impunément à l'Union ( Grèce..),       

                                                                         - Que l'on ait pu admettre dans l'Union et la zone euro des pays nouveaux à situation économique discutable sans vérification sérieuse de leurs pratiques et de leur sérieux,

                                                                          - Que l'on s'aperçoive quelques semaines avant la faillite de son système bancaire que Chypre était devenu un paradis fiscal et qu'il n'y avait plus un sous dans les caisses

                                                                          - Que tous les hommes politiques qui nous ont vendus l'Europe et l'Euros, n'ont pas le moindre état d'âme sur leurs responsabilité personnelles dans cette catastrophe de la démocratie qui les fait vivre depuis longtemps