Le dernier produit à la mode dans le monde des énergies renouvelables, ce sont...les hydroliennes! Ces dispositifs mécaniques sont immergés en mer dans les endroits où existent des courants marins forts, tournent avec ces courants et produisent de l'électricité que l'on envoie sur le réseau terrestre par l'intermédiaire de la grille sous marine de connection, entre la ferme d'hydrolienne et ce réseau terrestre.

Car, comme pour les éoliennes, on installera à terme les hydroliennes en ferme au coeur des courants marins.Vous avez eu l'occasion d'en voir un exemplaire lors de son immersion par EDF. Apparemment, les électriciens semblent satisfait de ce nouveau mode de production d'électricité car par rapport aux éoliennes, il bénéficie de l'énorme avantage de la constance de production alors que l'intermittence pose un vrai problème aux exploitants.

Comme d'habitude en France EDF et GDF s'affrontent, le second souffrant de son caractère plus "privé" que le premier. Chacun a choisi sa technique d'hydrolienne. EDF travaille avec la start up irlandaise Open Hydro et avec la DCNS, la direction de la construction navale, alors que GDF a fait le choix de la technique allemande avec les hydroliennes Voith.Signalons que, comme toute technique nouvelle, les hydroliennes suscitent des design de toute sorte partout dans le monde, dont émergera le design gagnant d'içi quelques années.

Sur le plan des coûts, d'après EDF une ferme à quatre hydroliennes à 0,5 MW chacune soit 2MW au total, comme celle de la zone ¨Paimpol/Bréhat, coute à installer de l'ordre de 40 millions d'euros soit 3,2 milliard d'euros pour l'équivalent de la tranche EPR de Flamanville à 1600MW qui elle aura couté de l'ordre de 8 milliards. Elle coute donc effectivement pour l'instant 2,5 fois moins cher à puissance égale qu'une centrale nucléaire mais nous n'en sommes qu'au stade des prototypes.

Reste à savoir à quel prix EDF vous reprendra le courant produit.Il a été fixé, à titre tentatif, à 150 euros le Kwhr mais les expert annoncent un coût de fonctionnement de l'ordre de 300 euros le Mwhr et là le Mwhr nucléaire est infiniment moins cher à de l'ordre de 40 euros. Reste que tous ces chiffres sont très incertains et sans base expérimentale sérieuse. Il faudra donc attendre quelques mois de fonctionnement pour avoir un idée plus précise de combien coute le courant des Hydroliennes.

La DCN qui détenait déjà 11pct du capital de Open Hydro à décidé de porter sa part de la start up à 60pct pour 130 millions d'euros dans le courant du 1er semestre 2013, le temps de faire l'augmentation de capital qui sera necessaire. Le marché qu'elle vise avec Open Hydro est de l'ordre de  90 à 110 gigawatts dans le monde, ce qui représente une soixantaine de tranche d'EPR ou encore plusieurs dizaines de milliers d'hydroliennes.C'est simple, la DCNS envisage de construire une usine pour les fabriquer à Cherbourg...