J'avais profité d'un Grand Bravo accordé récemment au Port du Havre,

ScPartMarche Conteneurpour dresser un portrait rapide de l'industrie du transport maritime,- ou du moins de la spécialité du transport de conteneurs-, dans le monde dont la CMA-CGM est un des fleurons. La crise économique brutale a néanmoins fortement affecté la situation des armateurs qui sont passés par des restructuratioins de dettes, prise de participation diverses ou projet de fusion, comme celle à l'étude entre Hapag-Lloyd et Hamburg Süd, qui ont modifiés le profils des acteurs de cette industrie. Il  fallu içi et là trouver de l'argent pour financer le coeur de l'activité de cette industrie qui est le renouvellement de la flotte des porte conteneurs.

Signalons qu'alors qu'à une époque, celle de Kennedy, nous considérions que cette industrie était celle des armateurs grecs, elle est aujourd'hui, pour sa partie porte-conteneur, essentiellement européenne comme vous pouvez voir dans le tableau ci contre.Bravo à l'Europe

Revenons à notre sujet qui est de vous parler d'une autre secteur de cette industrie qui est l'industrie portuaire, un intermédiaire nécessaire dans la chaine du transport,la Supply chain comme on dit maintenant, entre le lointain fournisseur et le client final. Les armements ont du s'impliquer dans l'aval, l'installation dans les ports de gigantesques moyens de transbordements, pour pouvoir  charger et décharger leurs portes conteneurs toujours plus énormes. 

La crise les ayant forcés à revoir leurs ressources financières, c'est le retour à la normale, c'est à dire le retour à l'industrie de la manipulation portuaire de cette activité qui s'amorce comme en fait foi la vente récente par la CMA-CGM de la cession de 49pct de sa filiale Terminal Link au...conglomérat chinois China Merchants pour 400 millions d'euros.

ScIndPortuaire

Le dit conglomérat, crée seulement en 2001 a pour ambition de devenir un acteur mondial de cette activité au coté des grands du secteur, Hutchinson Port Holding, PSA International ou Dubai Port World. Le rachat, même partiel, de Terminal Link , classé à la 12éme place du classement mondial, devrait lui permettre de satisfaire ses ambitions.

Encore une société chinoise qui s'empare d'un de nos fleurons industriels, me direz vous. C'est vrai et je croie qu'il faudra malheureusement nous y habituer dans le cadre de la mondialisation des activités industrielles et commerciales qui est le lot du monde d'aujourd'hui.Pour vous rassurer, je signalerais que selon une étude du bureau chinois de PriceWaterhouseCooper, ce n'est qu'un début de rééquilibrage.Car nous, pays industrialisés, n'avons pas cessé de nous implanter à tout va en Chine. En 2006 par exemple, ce sont 163 investissements qui se sont fait en Chine par des sociétés européennes alors que les sociétés chinoises n'en faisaient dans le même temps que...11.En 2011 ce sont à une centaine d'investissements européens en Chine auxquels on a assisté contre 85 chinois en Europe.Par contre en valeur, ce sont les Chinois qui mènent avec 11 milliards d'investissements contre 7 aux européens.

C'est l'Allemagne qui est le premier investisseur européen là bas devant le Royaume Uni alors qu'en sens inverse, les chinois ciblent en premier les sociétés françaises suivies des britanniques et des allemandes.