Le scandale du médicament Diane 35, réputé être un médicament contre l'acné, donc utilisé en petite quantité,dont on s'aperçoit aujourd'hui qu'il était largement utilisé comme contraceptif, fait se reposer la question, une fois de plus devrais je dire, du rôle et de l'utilité de l'organisme français d'approbation des autorisations de mise sur le marché, les fameuses AMM, l'Afssaps. l'Agence Française de sécurité sanitaire des produits de santé.

120px-Agence_française_de_sécurité_sanitaire_des_produits_de_santé_(logo)

 

 

 

Car un médicament, en France, ne peut être mis sur le marché qu'après avoir démontré à cet organisme son efficacité et sa qualité. L'Afsapps garantit le bon usage de tous les produits de santé destinés à l'homme.Ses missions principales ont été définies comme suit par la loi du 1er Juillet 1998:

1/ L' évaluation scientifique et médico-économique
2/ Le controle en laboratoire et le contrôle de la publicité
3/ L'inspection sur sites
4/ L'information des professionnels de santé et du public

En principe ces missions, telles qu'elles ont été définies par le législateur devraient empécher toute mise sur le marché de produits aggressifs pour l'homme, tout mauvais usage de médicaments,et assurer l'information appropriée des professi

onnels de santé et du public.

L'affaire du Médiator, des laboratoires Servier,un antidiabétique détourné en coupe faim, qui est en cours d'instruction avait déjà révélé de sérieuses dérives dans l'exécution de ces missions et des collusions possibles entre cet organisme et certains de ses personnels et les laboratoires médicaux, sur fond d'intérêts financiers considérables liés à la vente et aux remboursement de ces médicaments par la Sécurité Sociale.Elle compte environ 1 000 salariés auxquels s'ajoutent 2 000 experts réguliers ou occasionnels. Son budget de plus de 150 millions d'euros provient pour l'essentiel des taxes et redevances prélevées sur l'activité de l'industrie pharmaceutique. Autant dire qu'elle a les moyens de ses missions et que c'est vous qui les payez!.

A la suite du scandale immédiatement précédent,celui ci dessus,elle a vu son rôle et son fonctionnement redéfini sous le nouveau nom d''ASNM, Agence Nationale de Sécurité des Médicaments et produits de santé depuis 2012.Le but de cette modification d'appellation et d'organisation  était de renforcer la sécurité sanitaire du médicament mais également un changement du mode de gouvernance et d'organisation.

 

Comment dans ces conditions, le Diane 35 a t il pu être utilisé, par des spécialistes, les gynécologues, comme contraceptif alors qu'il n'avait pas d'autorisation de mise sur le marché,-nous dit on-, pour cette indication? Est ce une collusion persistente, malgré la réorganisation, entre certains de ses personnels et l'industrie pharmaceutique comme cela avait été dénoncé dans un rapport de 2011 du député Bernard Debré et du Directeur de l'Institut Necker, Philippe Even? Est ce l'efficacité des visiteurs médicaux payés par les laboratoires pour orienter les choix des praticiens vers leurs produits plutôt que ceux des confrères à grand coup d'invitation à des congrès scientifiques aux antipodes qui aurait dérivée vers des indications noin recommandées par l'ANSM?Je ne sais. Mais peut être faudrait il se décider un jour à nettoyer les écuries d'Augias?

Une chose est sure. Il est inadmissible que de telles erreurs puissent continuer à se produire de manière répétée.