Il se trouve que je reviens d'un séjour de deux semaines des Etat Unis ce qui me permet de vous donner un avis sur la situation économique là bas, la Première économie du monde tout de même.

Vous savez que la crise économique mondiale s'est traduit à partir de 2008 par une baisse dramatique des prix de l'immobilier aux Etats Unis qui en a désolvabilisé les propriétaires lesquel ont vu leurs propriétés mise en vente (les Foreclosures) par les banques à prix cassés. La situation de l'immobilier a été l'un des facteurs contributif à la crise et l'on attendait anxieusement sa reprise qui aurait permis et matérialisé la relance de l'économie américaine.

Scan

 Comme vous voyez sur le graphique ci contre, après la chute dramatique des années 2007, 2008 et 2009 et la quasi stagnation à niveau bas depuis, ça semble bien être reparti avec une hausse des prix de 7 pct de l'immobilier en 2012. Ce n'est pas tant la hausse et le chiffre de cette hausse qui est important que le fait qu'elle traduise la réémergence de la demande.Qui dit demande, dit remise en marche des mutations ou des mobilités qui est une des caractéristiques de l'économie américaine et de sa vitalité.Un americain sans travail n'hesite pas en effet à se déplacer à l'autre extrémite du pays pour y retrouver un poste, à la condition qu'il puisse se séparer de sa maison et en retrouver une autre.

Une hirondelle ne fait pas le printemps, bien sur mais le marché immobilier semble

Scan

 bien être sur la voix du retour à son niveau d'activité précédent.

Autre indicateur important de l'activité économique,celui des ventes de voitures, dont vous voyez sur le graphique ci contre qu'elles sont aussi reparties à la hausse. Comme pour le prîx de l'immobilier, on constate une forte chute de cette production, de son niveau moyen d'avant crise de 16 millions de véhicules/an à 10 millions dans les années 2008/2009 avant de remonter très progressivement. On en est arrivé à une base actuelle de 14,3 millions de véhicules/an, un plus haut de quatre ans.

A l'occasion du salon de Los Angelès, tous les constructeurs sans exception ont confirmé qu'ils considérait le marché US comme un marché en croissance à nouveau.Le parc de véhicules sur la route aux US, 245 millions au total, a un age moyen record de 11 ans et  20pct d'entre les véhicules qui le composent ont plus de 16 ans, soit quand même une cinquantaine de millions de voitures à remplacer! Les banques qui, ces quelques dernières années, ne repondaient plus aux demandes de crédit sont reparties et à des taux très bas. Enfin les nouveaux modèles apportent un gain significatif en consommation d'un carburant dont le prix a beaucoup monté. C'est dire que toutes les conditions sont désormais réunies pour que cette industrie, majeure aux Etats Unis, ait quelques bonnes années devant elles.

Rajoutez par la dessus la baisse du coût de l'énergie liée à l'arrivée des gaz de schistes sur le marché et l'écroulement de son prix, et vous comprendrez que c'est la totalité de l'economie americaine qui est repartie à un point tel qu'elle envisage même le rapatriement sur le sol national des productions qui avaient été délocalisées  dans les pays émergents.

Reste pour nous européens, toujours englués dans la crise et le marasme moral, à pouvoir en profiter.Mais attention tout de même.Tant que nous n'aurons pas accès à un énergie à coût comparable à la leur, nous n'aurons pas la possibilité d'aller exporter largement chez eux et ce sont au contraire leurs industries et leurs produits qui risquent de déferler sur notre marché et continent...