• Malgré la recommendation du rapport Gallois d'étudier les techniques d'exploitation des gaz de schistes, le gouvernement français n'a pas eu le courage de revenir sur sa décision extrème de "surtout ne rien faire" dont le corollaire est que nous allons laisser les autres pays et entreprises dévélopper une technique accpetable d'un point de vue environnemental et venir nous la revendre plus tard.
    Louis Gallois a d'ailleurs commenté, après l'annonce du pacte Ayrault, sur son regret que ce pacte n'ait pas tenu compte de la nécessité de maintenir, voire de renforcer, l'un des rares avantages dont dispose notre industrie dans la concurrence internationale qui est de disposer d'énergie pas chère. Nous paierons plus tard les conséquences du sectarisme de nos hommes politiques

    Scan

  • L'exploitation des gaz de schistes aux Etats Unis est considéré dans les campagnes américaines comme un véritable don du ciel qui génère l'équivalent de la ruée vers l'Or d'il y a deux siècles.La relance de l'économie américaine lui est largement attribuée et le pays est passé de ce fait du stade de pays importateur de pétrole et de produits pétroliers(,gaz, essences, gazole,carburéacteur, fuels lourds etc) à celui d'exportateurs de produits pétroliers.Seul inconvénient de cette émergence brutale de quantités de gaz considérables sur le marché, le prix s'en est écroulé brutalement ce qui est sans doute favorable pour la compétitivité globale de l'industrie américaine mais est désastreux pour les producteurs dont certains (Chesapeake, second producteur américain) sont en grande difficulté.
    La solution c'est d'exporter les quantités excédentaires, ce qui aura le double avantage de faire monter les prix sur le marché US et de bénéficier de la différence importante de prix entre les marchés US et international.
    Entre les deux il y a le besoin de construire des unités de liquéfaction de gaz, coûteuses, et d'aménager des ports pour pouvoir accueillir failement les méthaniers qui transportent le gaz sous forme liquéfiée. C'est parti avec des dépots de demandes de construction de telles unités dont 3 ont dejà été acceptées et 7 sont en attente d'examen
  • Au delà des gaz de schistes qui, du fait de leur état gazeux, sont extractibles en premier des roches mères peu perméables et peu poreuses dans lesquelles on les trouve, on trouve aussi des pétroles de schistes, plus difficiles à extraire, dont on a commencé l'exploitation et dont on envisage qu'ils auront une contribution croissante( cf çi contre) à la production de brut aux Etats Unis 
    La question de l'indépendance énergétique qui est un sujet sensible aux Etats Unis et se traduit dans la pratique par un choix entre soit utiliser ses sources d'énergie et garder son indépendance politique, soit importer, garder son brut en terre et perdre peut être de cette indépendance, devra d'abord être tranchée sur le plan politique.Les demandes des grands groupes pour obtenir des licences d'exportation de ces bruts devraient pousser les politiques, maintenant que l'élection présidentielle est passée, à se détermiiner rapidement.
    Les Etats Unis ont importés en 2011 3,26 milliards de barils. La croissance de la production de pétrole de schistes a permis à la production de petrole brut aux Etats Unis de remonter à 6,3 millions de barils/jours, la plus forte production depuis 14 ans! Et pour l'avenir on prévoit que les pétroles de schistes devraient voir leur production doubler d'içi 2020 à 1,,2 MBJ soit 18 pct de la production globale de brut du pays..
    Ce pétrole étant de type plus léger que les bruts traditionnels américains pour lesquel les raffineries US ont été conçues, il sera vraisemblablement exporté ce qui devrait supprimer quasiment totalement les importations actuelles, effectuées en majorité à partir des pays de l'Opep,qui, bien sur, ne voient pas d'un bon oeil le retour de l'indépendance énergétique des Etats Unis. 
  • Notre pétrolier national,Total, dispose avec ExxonMobil de permis d'exploration de gaz de schistes en Pologne dont on pensait que le sous sol récelait des quantités considérables de ces gaz de schistes.(1920 milliards de M3 de réserves).ExxonMobil qui était l'opérateur sur ces permis  a décidé de les abandonner après deux puits secs. Total a décidé lui de poursuivre ces recherches considérant que deux puits secs n'étainet pas suffisants pour prendre la décision d'en arréter à un tel stade. On lui souhaite Bonne Chance.
  • Total, vient d'annoncer avoir signé avec Kogas, la Korean Gas Corporation, un contrat d'achat de gaz liquefié,GNL, d'une durée de 20 ans à partir des Etats Unis et de leur marché excédentaire en gaz de schiste. Il prendra effet en 2017 après le démarrage de l'usine de liquefaction que construit Chénière à Sabine Pass en Louisiane  et de son port méthanier. Le contrat se monte à 700 000 tonnes/an que Total Gas and Power entend revendre à tous ses clients dans le monde
  • Qui dit exploration et forage dit tuyaux dont l'un des deux grands acteurs mondiaux dans le pétrole est le français Vallourec. Après la démarrage de son usine du Brésil, Vallourec annonce celui de sa nouvelle usine de Youngston dans l'Ohio. Elle a une capacité initiale de 350 000 tonnes par an de tubes sans soudure de petit diamètre, la spécialité de Vallourec, plus particulièrement adapté aux gaz de schiste.Elle emploiera 350 personnes ce qui portera le nombre de sites industriels de Vallourec dans le monde à 19 et celui de ses employés à 2300 personnes. Il ne s'agit pas de délocalisation mais de produire au plus près de la demande, un produit lourd qui ne voyage pas.

    A suivre...