Le fumeur reste une nuisance pour ses voisins, voire sa famille, et l'on n'a trouvé jusqu'à présent que le sevrage, avec ou sans aide de patch de privation, pour le débarrasser de cette addiction qui nuit gravement à sa santé et indépendamment aux finances de la Sécurité Sociale.

Scan510-noire

Peut être avez vous entendu parler de la cigarette électronique que l'on commnece à trouver dans des boutiques ou sur Internet? Sur le principe, il s'agit d'un dispositif électrique qui vaporise un liquide à odeur de tabac ou de toute autre fragrance, de fruit ou de plante, dont la vaporisation fournit des sensations, je suppose, proche de celles de l'acte de fumer.On ne fume plus, on vapote!

Ci contre une photo d'un modèle de la marque Clopinette que vous pouvez trouver sur Internet ou dans des boutiques à cette marque.

Il s'agit d'un mélange de Glycerine végétale et de Propylène glycol ( de l'antigel !) dans des proportions de 20 à 40 pct du premier qui apporte la fumée et de 60 à 80 pct du second.Les saveurs sont données, je suppose, par différents adjuvants plus ou moins chimiques. Mais nous dit on, ce n'est pas toxique pour nos poumons et d"ailleurs ça correspond à des normes strictes. Acceptons en l'augure...

La première boutique de vente de tels dispositifs a été ouverte en 2009 à Caen avant de se repandre dans d'autres villes de France pour donner à l'utilisateur de ce nouveau mode alternatif de fumer l'occasion d'essayer les produits proposés à la vente.

Sur le plan financier, la cigarette électronique commence par un investissement dans le matériel pour une somme de 50 à 100 euros.Par la suite il faut racheter du liquide à vaporiser avec différentes saveurs pour un coût de l'ordre de 6 à 7 euros la recharge qui correspond à une cartouche de cigarettes classique soit 10 paquets vendus environ 60 euros.Son plaisir coute donc moins cher au fumeur électronique que la cigarette classique. Est il moins toxique pour autant,en principe oui nous disent ses promoteurs. J'en doute un peu en en considérant la composition.Supprime t il l'addiction? Peut être...

La vente de ces substituts au tabac s'organise entre les sites internet et les boutiques en franchise. Il existe même un collectif d'achat de cigarettes électroniques et une charte de déontologie pour ceux qui préfèrent rester indépendants. Le marché lui même est estimé à 10 millions d'euros. Les officines pharmaceutiques ne sont, par contre, pas autorisées à en vendre. Curieux non?