Notre Ministre du Redressement Productif que l'on ferait mieux d'appeller Ministre du Pilori vient de se signaler encore à l'attention des français par une attaque agressive contre le constructeur coréen Hyundai et sa seconde marque Kia, qui d'après lui font du dumping social par rapport à nous, ce qui leur permet de prendre des parts de marché en Europe. Il se basait pour cela sur un conflit social en cours en Corée dans les usines Hyundai dans lesquelles les ouvriers se seraient plaint de travailler trop et de ne pas être assez payés. Je ne me permettrait pas de commenter ce conflit dont je ne connais pas tous les détails et qui est quasiment résolu mais pour lequel il n'apparaissait pas clairement que l'on parlait de 12 hrs de travail par jour comme il semblait le dire.

Monsieur Montebourg s'est fait retoqué par le PDG de Hyundai France qui lui a rappellé qu'à plus de 80 pct, les Hyundai et les Kia vendues en France étaient fabriquées dans leurs usines de Slovaquie, en respectant les lois sociales du pays et à quelques kilometres des usines équivalentes des constructeurs ou équipementiers français. Les chaines de télévision françaises ont d'ailleurs montrées ces usines, aux chaines entièrement automatisées très impressionnantes,ce qui explique peut être la compétitivité de ces modèles et de ces marques.

Moralité: Monsieur le Ministre aurait peut être mieux fait de se taire,comme souvent, car globalement ses attaques auront peut être servie à faire de la publicité à ces deux marques. Passons, mais il est dommage qu'un Ministre de la France ait pour seul argument l'invective à la bouche. On peut comprendre sa frustration de devoir se battre contre une situation économique très dégradée ou de voir sa popularité personnelle se dégrader aussi mais ce n'est pas en agressant systématiquement les uns et les autres que l'on va aider au redressement.

Entre temps, Monsieur le Ministre est allé à Florange, immédiatement après l'annonce de la fermeture définitive des hauts fourneaux par Arcelor Mittal,pour y prendre à parti, face aux ouvriers en colère, la multinationale Arcelor Mittal comme Don Quichotte face aux moulins à vents sans comprendre,- ou en refusant de comprendre-, que ce n'est pas Monsieur Mittal qui fermait ces hauts fourneaux mais une réalité économique qui fait que la demande d'acier est en berne partout en Europe et que l'usine de Florange en tout état de cause et depuis plus de 10 ans etait condamnée à terme par sa localisation très loin de tout port alors que le minerai de fer est désormais importé de l'étranger. Monsieur Guy Dollé alors Président d'Arcelor avait dit dès 2003 sur le cas des hauts fourneaux de Florange que: "Le problème essentiel, c'est la date à laquelle il faudra remettre de l'argent pour réparer les hauts fourneaux. Cela on ne le fera pas. C'est acquis pour tous les sites continentaux".

Malheureusement, en économie, les faits sont tétus et ce qui était vrai il y a dix ans le reste dix ans après si on n'a rien fait pour redévelopper une activité viable en remplacement plutôt que d'aller contre le mur. Signalons à Monsieur Montebourg qu'on ne peut à la fois attaquer en permanence l'automobile comme le font ses a!liés écologistes et nombre de municipalités socialistes et s'étonner de ce que l'on ferme les usines de production des dites automobiles et au delà celles qui fabriquent de l'acier dont je lui rappelle qu'il en est le constituant principal! Bonne chance néanmoins dans sa recherche d'un repreneur pour les hauts fourneaux de Florange.

Curieusement, le Premier Ministre n'a pas donné d'espoir pour une reprise des installations sur les fonds de l'Etat. Si c'était un telle affaire, la Banque Publique d'Investissement, qu'il vient de créer devrait se précipiter pour racheter, surtout au franc symbolique! Un peu de cohérence, Messieurs!

Nouvelle étape dans la descente aux enfers de notre Ministre. Les ouvriers d''Aulnay que j'aurais cru venir manifester au Salon de l'Auto contre leur employeur, y sont venu avec pour mot d'ordre, Carton Rouge à Montebourg, ce qui  montre que sa crédibilité comme Redresseur Productif est à tout le moins limité. C'est ce qui arrive quand on roule des mécaniques et que l'on promet ce que l'on sait ne pouvoir tenir,mais ça c'est la culture profondément ancrée des politiques.

Manque de chance supplémentaire, c'est justement la matinée durant laquelle le Ministre était censé venir visiter le Salon. Or il s'est décommandé à t on annoncé...Nul doute que ce sera interprété comme une fuite devant les manifestants ou un manque de courage. Heureusement il a annoncé sur Twitter poursuivre le dialogue! Ouf

Bref, Moi si j'étais Président, je crois que je me séparerai déjà de Monsieur Montebourg. Il me parait déjà grillé entre son agressivité déplaisante qui contraste avec la bonhommie du Président, son inefficacité et son déni des réalités économiques. Mais, moi ce que j'en dis...Je ne suis pas aux manettes et ne souhaiterais pas d'ailleurs y être en ce moment.