Vous savez qu'au delà du CO2 , gaz carbonique, il existe des quantités d'autres gaz à effet de serre, les GES, qui, la plupart du temps, sont émis en quantités bien moindre que le CO2,- qui lui résulte de toutes les combustions sans exception-, mais par contre avec des niveaux de nocivité bien plus important. C'est le cas du méthane, CH4, émis par le cheptel bovin, et qui est une vingtaine de fois plus nocif en terme de réchauffement climatique que le CO2.

En voici d'autres dont vous avez déjà entendu parler pour leur action destructrice sur la couche d'ozone, les CFC ou Chloro Fluoro Carbures, qui sont des composés organiques construit autour d'une chaine hydrocarboné provenant du pétrole dans laquelle on a introduit des atomes de Chlore et de Fluor. Ils ont été utilisés en large quantité comme liquide frigorigène dans les compresseurs frigorifique de nos réfrigérateurs et comme gaz propulseurs dans les aérosols.

Il fallut un certain temps, du à la durabilité de nos réfrigérateurs, pour que ces gaz se répandent dans l'atmosphère et que l'on finisse par s'apercevoir de leurs effets destructeurs sur l'Ozone qui nous protège en haute altitude des rayons ultraviolets du soleil. Ils furent remplacés après le protocole de Montréal de 1987 par des familles de produits de nature proche mais moins agressifs pour l'ozone, les HFC, hydrofluorocarbures, et les HCFC, hydrochlorofluorocarbures.

Malheureusement ces gaz, s'il épargnent plus ou moins notre ozone, se revélèrent plus générateurs d'effet de serre et donc plus néfastes pour le réchauffement climatique. Il en existe un vaste gamme avec des propriétés légèrement différentes les uns des autres. Le plus récent mis au point pour ses applications et désormais largement utilisé dans l'industrie des compresseurs frigorifiques et des climatiseurs, est ainsi quasiment inoffensif pour la couche d'ozone mais est 2100 fois plus nocif que le CO2 en terme d'effet de serre et de réchauffement climatique.

Or s"il est une industrie qui se développe fortement et que le réchauffement climatique va faire progresser encore plus, c'est bien celle des climatiseurs.A l'époque du traité de Montréal sur l'ozone,la demande de climatisation  dans les pays en voie de développement était minimale voire inexistante. Depuis, ce sont eux qui s'en équipent le plus. Les usines s'y sont implantées et 70pct de tous les climatiseurs sont désormais fabriqués en Chine pour utilisation à l'intérieur du pays ou à l'exportation en Asie du Sud est pour 55 pct d'entre eux..

Ils utilisent quasiment tous du HCFC 22, l'un des HCFC les moins couteux mais dangereux pour le réchauffement climatique au point que les climatiseurs chargés en HCFC 22 ont été interdit  aux Etats Unis.Mais voila le HCFC 22 est désormais quasi exclusivement produit en Inde, par la Gujarat Fluorochemicals, en Chine par la Zhejiang Dongkyang Chemicals Company et au Mexique par Quimbasicas dont les dirigeants sont proches de ceux du pouvoir et qui n'ont pas l'intention de perdre leur gagne pain.

Changer pour un autre HCFC moins nocif serait techniquement possible mais cela couterait nettement plus cher et impliquerait de payer des droits sur les brevets qui ont été pris dessus par...les constructeurs américains.Alors on ressort la vieille antienne inventée par les pays émergents pour s'exempter de respecter les traités et protocoles internationaux dans ce domaine: Pourquoi nous, pays émergents, devrions nous faire l'effort de supprimer ou diminuer ces sources de gaz à effet de serre au détriment de la bonne santé de nos économies et de notre croissance  alors que vous, pays industrialisés, n'avaient pas fait cet effort en temps voulu, et avaient pollués la planète à notre détriment également? Et vous nous demandez maintenant de faire l'effort à votre place en nous faisant en plus payer des royalties ?

Et voilà pourquoi, nous allons continuer à produire et à répandre dans l'atmosphère de grandes quantités de HCFC 22,  deux mille cent fois plus nuisible pour le réchauffement climatique que le CO2 !