Nous l'avait on annoncé musclé, ce Plan de soutien à l'automobile: L'heure était grave en effet comme l'avait laissé pressentir l'annonce des difficultés majeures de PSA et de la fermeture de l'usine d'Aulnay. Il fallait aider les constructeurs généralistes, les PSA, Renault, Fiat, Opel ou Ford, tous touchés dans leurs outils industriels et leurs forces vives, ainsi que leurs équipementiers, par la baisse des ventes de 20/25pct observée sur le marché européen.

Scan09

Notre Ministre du Redressement Productif allait nous montrer de quel bois, il se chauffait, lui. Pas un plan traditionnel, à base de prime à la casse comme ses prédécesseurs, quelque chose de solide et de productif puisque son poste a été crée dans ce but.Et puis voilà,une grande présentation qui a mobilisé quand même deux ministres, celui du redressement productif et celui du travail pour annoncer quoi?

On ne s'attaque pas au coeur de marché, celui qui produit les voitures en plus grand nombre et nécessite le maximum de main d'oeuvre. Lien avec les verts oblige, on va favoriser la vente des voitures électriques et hybrides en augmentant le bonus qu'on leur accorde déjà depuis 2008 de 2000 euros de plus, compensé par un malus plus important pour les mauvais élèves en émission de CO2 de la gamme des voitures à la vente sur le marché. Du solide comme vous voyez, pas du tape à l'oeil ! Ca concerne, sur la base des chiffres de vente prévisionnels de ces modèles. Ca fera 5000 électriques et 27 000 hybrides pour 2012 et pour 2013, si ces modèles arrivent vraiment sur le marché,27 000 électriques et 70 000 hybrides.Pour une production sur le sol français de 2 millions de voitures à l'heure actuelle. On s'intéresse donc seulement à 2 à 3pct des véhicules qui sortent de nos chaines de fabrication?Ambitieux, ça? 

Les électriques seront achetés par les administrations ou pour les offres du type Autolib. Les Hybrides se substitueront probablement au même modèle non hybridé. Pas de quoi dynamiser le marché, ni engorger les usines. Avec un peu de chance, le système sera équilibré financièrement, mais peut fort bien couter encore plus cher à l'Etat que le système actuel si les clients se détournent des grosses voitures malussées, si ce malus devient franchement dissuasif, et ne mordent pas aux petites électriques. Incidemment a  t on prévu dans ce plan l'équipement des garages en prise électrique dans le logement collectif? Non? Aurions nous par hasard oublié ce détail important?Ah, si, on instanlera des bornes dans douze villes de France avec ce qui reste du grand emprunt.

JM Ayrault, nous certifie que ce plan "s'inscrit avec une très, très grande détermination dans le redressement de la filière automobile".Ah bon. Y a  t il des petites lignes en bas de page que nous n'avions pas vu, du genre prêt à taux réduit aux entreprises ou baisse des charges sociales? Que Nenni! Rien de rien. Que de la très très grande détermination, heureusement à titre absolument gracieux, on vous le certifie!

Et coté équipementiers qui subissent également les 20 pct de baisse du marché avec des marges encore plus faibles que celles quie nos constructeurs arrivent à maintenir sur leurs véhicules? Rien de rien non plus.Si, Oséo les aidera en cas de problèmes de trésorerie

Se serait on intéressé à améliorer la compétitivité de l'industrie française comme les allemands il y a déjà 10 ans. Non; Ah oui, ce n'est pas le moment, les syndicats n'y sont pas prêt dans le contexte actuel. Ils veulent simplement que l'on interdise les fermetures d'usine et les licenciements. Ce n'est peut être pas le moment de les chatouiller.

Il en coutera quand même de l'ordre de 500 millions d'euros à l'Etat en cumulant tous les petits bouts d'aide. Mais il y aura une contrepartie à cette aide pas massive du tout nous dit Monsieur Montebourg. Rien de moins que la perennisation des sites à laquelle les constructeurs, je suppose, devront s'engager pour toutes ces aides non sollicitées.

On croit réver. En attendant le processus prévu par le code du travail pour discuter d'un plan social se poursuit chez PSA. Trois CCE successifs de discussion de la proposition de plan à 15 jours d'intervalle, vôte des syndicats, négatif en général, et annonce par la direction qu'après discussion et avis des syndicats, la direction promulgue le plan social auquel elle est arrivé dans ces négociations.C'est comme cela que ca marche.

Entre temps Monsieur le Ministre sera passé aux convocations des Pdg de Alcatel Lucent,de Sanofi,de Rio Tinto ou d'Arcelor Mittal avec lesquels il va se forcer à un minimum de courtoisie. C'est bien connu, les étrangers qui dirigents ces entreprises ne comprennent pas notre humour gaulois!