Au train où vont les choses, il va falloir décider du rôle à donner à cette "Première Dame de France" autoproclamée que constitue "l'amie", la maîtresse ou la concubine, à votre choix, de notre nouveau Président. Car au rythme où elle accumule les bourdes, notre pays va devenir la risée des autres pays membres du G20, voire au delà.

Entre le "embrasse moi sur la bouche", que je n'avais personnellement pas vu mais qui est devenu maintenant public, le fameux Tweet,sa présence officielle comme "Première Dame de France" sur l'organigramme de l'Elysée et ses prétentions à vouloir se constituer une rédaction personnelle de 4 à 6 personnes comme l'a annoncé son "Directeur de Cabinet"(!!!) et ami personnel Patrice Biancone, ancien journaliste de RFI, on finit par se demander de quel droit cette Dame s'octroie de telles facilités.

Car enfin, que je sache, les français élisent un Président et pas, en plus du Président, un Première Dame de France que nous ne connaissions ni d'Eve ni d'Adam. De quel droit s'octroie t elle des fonctions qu'elle souhaiterait visiblement plus officielle alors qu'elle est mariée à un illustre inconnu dont elle porte fièrement le nom, de préférence au sien, apparemment trop marqué bobo, et que le "vrai" Président a manifesté son intention de ne pas se marier avec elle?

Celles qui l'ont précédé s'étaient satisfaites d'un sécretariat et pas d'une rédaction et avaient su occuper la fonction avec dignité et sans du tout apparaitre comme des "potiches" auxquelles Mme Massoneau semble grossièrement les assimiler.

Maintenant que la vie maritale est entrée dans les moeurs, il va sans doute falloir légiférer sur les droits et les devoirs de la compagne du Président ou de la Présidente suivant qu'elle est légalemenrt mariée, ou Pacsée ou rien du tout officiellement et lui signifier les limites de son rôle et de sa liste civile.

Car sinon, elle risque de se retrouver coupable de détournement de fonds publics...

NB Elle a disparu ce jour de l'organigramme de l'Elysée.