001Ce qui pouvait nous arriver de mieux est en train de nous arriver.002 C'est la hausse des salaires en Chine, et au dela de la Chine dans tous les pays d'Asie comme vous pouvez le voir dans le graphique çi contre.

Il se situe désormais à 5500 dollars par an et a augmenté de plus de 50pct dans les dernières années! Les causes en sont la penurie de main d'oeuvre un peu partout à la périphérie du pays qui malgré l'émigration interne à la Chine ne suffit pas à alimenter l'industrie en bras.

C'est aussi une moindre docilité de ces migrants qui, à moins de trente ans, supportent de moins en moins les conditions de travail quii leur sont imposées.Enfin ce sont les pouvoirs publics qui sont désireux d'augmenter le niveau de vie de leurs populations et la consommation interne.Je vous l'avais dit, plus qu'une vingtaine d'année et nous lutterons à armes égales avec la Chine pour les prix de revient de nos produits manufacturés!

Au point qu'on commence à se préparer, aux Etats Unis à relocaliser les usines sur le sol américain! C'est ce que l'on appelle là bas le "insourcing" ou le "reshoring", le retour aux sources en quelques sorte.Il faut s'y préparer, d'aprés le Boston Consulting Group, pour l'immédiat après 2015. Le résultat de 15 pct d'augmentation des salaires par an jusqu'en 2015,le surcout du transport des produits de Chine aux Etats Unis et l'amélioration de la productivité aux US devrait nous mener au retour des usines sur le sol américain. Sans compter le surcroît de competitivité qui se profile avec la baisse des coûts de l'énergie liée003 à l'utilisation des gaz de schistes.

Les américains, qui sont très prévoyants, ont déjà classés par type d'activité celles dont ils pensent qu'elles pourront être rapatriées en priorité vers les Etats Unis.Ce sont celles liées à l'electronique et l'informatique qu'ils pensent pouvoir reprendre les premières ainsi que les materiels électriques, les machines, les meubles et ainsi de suite.Les sept secteurs ci contre représentent un montant d'exportations depuis la  Chine de 200 milliards de dollars qui pourraient être raménées aux Etats Unis et rajouter ainsi de 20 à 55 milliards au PIB US.

Barack Obama, qui est déjà en campagne, milite pour un tel rapatriement au nom de la défense du "made in América".Ford NCR et Caterpillar auraient déjà fait des arbitrages en faveur d'une certaine relocalisation et au détriment de leurs implantations chinoises.La fabrication de pneus, sur lesquels les Etats Unis ont déjà mis des droits de douanes, pourraient être les produits suivants à être sujet à relocalisation.

L'amélioration de la compétitivité américaine devrait apporter 65 milliards de dollars d'exportations supplémentaires ce qui fait que, globalement, on évalue le nombre d'emplois regagnés grace à la rélocalisation à un chiffre de 600 000 à 1million.Avec les emplois indirects crées, ce sont ainsi de 1,8 à 2,8 millions d'emplois supplémentaires crées qui résulteraient en une baisse du taux de chomage de 1,5 à 2,5 pct!

A noter néanmoins que, dans ce phénomène de relocalisation, certains emplois pourraient bien s'arréter en route, au Mexique en particulier.

Et en Europe me direz vous? Le Boston Consulting Group n'a pas étendu son étude à l'Europe, peut être parce qu'elle y ressent moins cette tendance à la relocalisation. Nous avons bien dans notre campagne présidentielle un chantre du Made in France avec François Bayrou, mais en dehors de lui, on ne voit pas grand monde parler ni de compétitivité ni d'un plan de relocalisation.L'euro ayant baissé par rapport au dollar et donc au Yuan, nous avons regagné un petit avantage compétitif mais nous n'avons pas l'air de considérer maintenant que cela joue beaucoup alors qu'au moment de l'envolée de l'Euro jusqu'aux 1,55 dollars, nous en pleurions tous les jours! Déprimant cette manie d'être négatifs en toutes circonstances !

A suivre