SI vous connaissez St Tropez et la plage de Pampelonne à Ramatuelle, vous avez sans doute entendu parlé de la Voile Rouge, un établissement situé sur la plage,tout au fond de la baie, qui était le plus sélect de cette plage et très spécialisé dans l'accueil du monde du spectacle, du cinema et de la musique de toutes nationalités, jusqu'à tard dans la nuit. A partir de 5hrs de l'après midi, les "cigarettes", ces bateaux surpuissants de la jet set dorée de St Tropez commençaient à s'ancrer à une encablure de la Voile Rouge et la fête commençait jusqu'à 5 hrs du matin, à grand renfort de champagne, de musique et de jolies filles. Je vous rassure tout de suite, je n'en faisais pas partie, j'étais seulement un vacancier traditionnel qui voyait simplement passer tout ce beau monde.

Or il se trouvait que toutes les plages privées sur cette magnifique plage se trouvaient... sur le domaine public maritime,donc en toute illégalité. Ayant réussi à se constituer des fonds de commerce de très grande valeur, leurs propriétaires n'avaient aucun envie de plier bagage.Il en résultat une bataille juridique d'une bonne dizaine d'année entre la mairie de Ramatuelle et les dits propriétaires. Le plus connu et celui dont le fond avait sans doute la plus grande valeur, Paul Tomaselli,le propriétaire de la Voile Rouge, résista plus de dix ans aux injonctions de la mairie de libérer les lieux.

Tout a une fin, néanmoins, et par jugement du Tribunal Administratif de Toulon, il fut enjoint à son propriétaire de liberer les lieux, 1800m2 tout de même, sous un mois et de les remettre en état sous astreinte de 750 euros par jour.La préfecture du Var pris le relai et arguant de la persistance de l'occupation illicite du domaine public maritime,décida de procéder d'office à l'exécution de la décision de justice.

Voila pourquoi, si vous revenez l'été prochain à St Tropez et sur la plage de Pampelonne, vous ne trouverez plus la Voile Rouge.A moins que Mr Tomaseli fils, entre temps, ait gagné à la régulière l'appel d'offre de la mairie de Ramatuelle pour monter un autre établissement de plagiste privé sur un emplacement un peu plus en retrait du domaine maritime,mais cette fois dans la plus parfaite légalité.