L'hiver approche et avec lui le problème de l'approvisionnement des français en électricité durant cette période.Cette année les choses risquent d'être plus difficile que d'habitude, en cas de vague de froid, pour diverses raisons.

Tout d'abord, tous les ans, la demande augmente du fait de l'accroissement de la populatioin et de l'amélioration des conditions de vie. L'EDF et ses rares concurrents ont une capacité de production largement suffisante pour couvrir la demande standard. Par contre il y a des zones critiques bien connues parce que les français de ces zones n'ont pas voulu, pour des questions d'écologie, que l'on y investisse soit en capacité de production (centrales), soit en capacité de distribution (lignes haute tension). C'est le cas de la Bretagne qui ne produit sur son territoire que 8 pct de sa consommation et de la région Paca qui a définitivement refusé la constructioin d"une ligne haute tension qui viennne renforcer son approvisionnement.

L'année dernière déjà, au moment de la période la plus froide, RTE, la filiale d'EDF qui gère l'approvisionnement haute et très haute tension avait du demander aux consommateurs bretons de restreindre autant que possible leurs consommations s'ils voulaient éviter que le réseau ne "tombe". Depuis il ne s'est rien passé et la centrale à gaz qu'il avait été prévue de construire est encore dans les limbes sans solution à court terme.

002

Plus globalement, c'est le problème des pics de demande à couvrir qui reste critique comme le montre la courbe ci contre qui donne l'augmentation régulière de la demande au fil des ans.En 10 ans depuis 2001, ce pic de demande à augmenté de 22 pct. Pour y répondre,EDF d'une part a amélioré régulièrement ses capacités de production( dont de l'éolien et du photovoltaïque), d'autre part planifie les travaux de maintenance dans ses centrales en dehors des périodes critiques. Mais elle a du se résoudre à importer de 2 à 5000 Mwatts pour couvrir les périodes de grand froid. En quelques années, par manque de centrales nouvelles, nous sommes passés d'une position d'exportateurs à une position d'importateur assez régulier. Or une diminution de la température moyenne de 1 degré correspond à une demande supplémentaire de 2300 Mwatt soit l'équivalent de deux réacteurs nucléaires.

Par ailleurs du fait de l'ouverture du marché à la concurrence, le problème de la couverture des pics de demande est devenu sans solution. Traditionnellement c'était EDF qui l'assurait avec des centrales anciennes au fioul mobilisables quasi immédiatement coimme celle de Porcheville sur l'autoroute de l'ouest. Ces centrales coutaient très chers à maintenir et à faire fonctionner en cas de besoin mais comme ce surcout était inclus dans le calcul du tarif, EDF ne rechignait pas à les conserver et à les faire tourner. Maintenant que le marché est ouvert à la concurrence, personne n'est plus intéressé à les maintenir en bon état de fonctionnement ni à les faire marcher ce qui pénaliserait le compte d'exploitation de l'opérateur concerné. Nous ne pouvons désormais compter que sur les importations pour couvrir les pics de consommation. Pour cela il faut de la capacité de production disponible dans les pays voisins qui sont peu ou prou soumis aux mêmes vagues de froid que nous.

Pour l'avenir, depuis la loi Nome qui organise la répartition de la production d'EDF entre les différents opérateurs présent sur le marché, il va être possible de traiter de manière mutualisée la couverture de ces pics. Mais c'est loin d'être fait et les discussions sont apres pour choisir la meilleure solution technique entre EDF, le producteur et RTE le distributeur.

Enfin la nouveauté de cette année, c'est d'içi la fin de l'année l'arrêt des centrales nucléaires allemandes qui va faire disparaitre d'un seul coup une capacité de production importante au niveau européen. Incidemment, Messieurs les politiques allemands, on aurait peut être pu attendre le printemps pour imposer leur fermeture !!!

Depuis la décision de fermeture, l'Allemagne importe désormais de France 2000Mwatts ce qui est bon pour notre balance des paiements mais diminue d"autant la capacité disponible en Europe pour couvrir les pics de cet hiver.La Belgique est censé pouvoir nous fournir des Kwh supplémentaires mais tout dependra de la rigueur de l'hiver et de son étendue géographique.

Dans cette période où le débat fait rage sur la fermeture à terme de 24 centrales nucléaires en France, il sera intéressant de voir comment nous allons passer cet hiver en France comme en Allemagne ou en Belgique où la même problèmatique est à l'étude. L'avenir du nucléaire comme l'élection de Monsieur Hollande va peut être se jouer sur une vague de froid plus sevère que d'habitude sur l'Europe!!! Il suffirait d'une vague de froid de 3 degrés plus sévère que d'habitude et étendue à toute l'Europe pour que nous nous trouvions à court d'électricité et de chauffage, que les opinions publiques se retournent et que François Hollande perde les élections! C'est un peu consternant tout de même sur la manière dont nous sommes gouvernés...