J'avais fait un article sur les agences de notation en date du 25 juillet que je vous invite à revisiter car dans cette période là mon lectorat diminue traditionnellement pour vaquer à d'autres obligations. J'y rappellais que dans notre monde de liberté,- la plus grande richesse que nous apporte la démocratie incidemment-, il n'est simplement pas possible de supprimer ce qui nous dérange.Depuis cet article rien n'a changé dans nos médias et notre personnel politique, c'est toujours Haro sur les agences!

Monsieur Calvi qui reposait cette question largement rechauffée à notre Président s'est fait répondre à juste titre que le problème ce n'était pas les agences mais la dette des états. Dont acte. Il est quand même dommage que des journalistes supposés être parmi les meilleurs pour avoir accès à l'interview du chef de l'Etat, se permettent de poser ce genre de question dont la réponse est évidente. Est ce par ignorance crasse de l'économie ou bien avec le but caché d'éduquer les français, je ne sais. En tous cas, à mon sens, ce n'est pas à la plus grande gloire de nos médias que de poser ce genre de question dilatoire qui a pour seul but de trouver un bouc émissaire à nos erreurs.

Ceci dit il n'y a pas que dans nos médias que l'on entend ce genre de commentaire. J'entendais ces jours çi Monsieur Ricol, ex Médiateur du crédit et maintenant Commissaire à l'utilisation du Grand Emprunt s'exprimer suivant les mêmes lignes et nous dire que ceux qui connaissaient le mieux l'état de l'économie et des sociétés françaises, c'était la Banque de France et que donc il valait mieux aller chercher cette information chez elle que dans ces agences qu'il vouait également au gemonies.

Voilà une idée  qu'elle est bonne! Je me demandais depuis longtemps à quoi nous servait une Banque de France qui doit quand même nous couter les yeux de la tête à faire fonctionner, alors que nous sommes passé à l'Euro et que nous avons crée une banques centrale européenne pour le gérer. Nous allons la transformer en Agence de notation qui viendra vendre ses services aux investisseurs partout dans le monde! C'est d'ailleurs ce qu'avaient préconisé içi et là, et même au niveau européen, tel ou tel homme politique ou commentateurs et même Madame Merkel!

On s'apercevra peut être à cette occasion que si ces agences vivent c'est parce qu'elles ont des clients, les investisseurs dans le monde, qui achètent leurs services parce qu'ils en ont besoin pour faire leurs choix journaliers d'achat de titres ou de placement et qu'ils apprécient leurs services. Nul doute qu'avec le label Banque de France, nous trouverions à déplacer les Moody's ou Standard and Poor's de leur clientèle traditionnelle chez les investisseurs partout dans le monde dont les achats de titres français ne doivent constituer qu'une minuscule partie de leurs investissements! Car bien sur si la Banque de France connait bien le contexte français, elle n'aurait que peu de légitimité à prendre des positions sur les titres des autres sociétés et états dans le monde. Quant à son indépendance envers les titres d'états, il faudrait aussi la démontrer!

Que Monsieur Calvi n 'ait pas encore compris comment fonctionnent les agences, je peux comprendre.Je trouve ahurissant par contre qu'un Monsieur à ce niveau de l'Etat et avec les responsabilités qu'il exerce puisse ce permettre de faire ce genre de commentaire qui montre qu'il n'a rien compris à l'effectivité de la mondialisation et qu'il fonctionne à l'air du temps. Pour un Monsieur qui va attribuer les 35 milliarsd du Grand Emprunt c'est inquiétant.

Il y a également un sous entendu inquiétant dans ce jugement négatif sur les notations des agences. C'est qu'elles auraient un intérêt quasi personnel dans ces jugements. Ah bon? En quoi cela leur ferait il gagner de l'argent, le but de toute entreprise privée, de baisser ou remonter la note de tel ou tel pays? A moins que l'on veuille nous dire que c'est la CIA qui est derrière et que donc d'un certaine manière c'est le dollar qui attaque l'euro ?Alors qu'il suffit de regarder les chiffres des économies et des dettes pour accepter que leur jugement est bien mérité.  

S'il y a personnellement un reproche que je ferais à ces agences c'est de ne pas avoir dégradé plus tôt les notes de beaucoup d'Etats comme ellles ont "loupé" également le subprime. Quand on pense que cette marche vers l'insolvabilité des états dure depuis trente ans sans interruption, l'auraient elles fait il y a déjà dix ans qu'elles nous auraient peut être évité la crise dramatique actuelle!

C'est plutot plus d'agences que moins qui nous aurait été utile en limitant les dépenses des états et en apportant un contre pouvoirs à nos hommes politiques qui sont devenus fous!