Vous allez voir ce que vous allez voir ! nous avait dit Nicolas Sarkozy en prenant la Présidence pour un an du G 20 et du G8. Nous allons mettre en place un controle strict des activités des banques au niveau international de manière à ce qu'une autre crise comme celle de 2008 ne se reproduise plus..

Aux deux tiers de son mandat où en sommes nous? Pas bien loin de ce coté du channel, beaucoup plus loin par contre de l'autre coté avec les propositions que vient de faire la Commission Vickers, instituée par David Cameron sur le sujet il y a un an et composée de 5 personnes plus John Vickers, un économiste réputé, qui viennent de remettre leur rapport au Premier Ministre. La santé et la régulation des banques intéressent particulièrement la Grande Bretagne du fait que la finance y est l'industrie la plus développée et,que par ailleurs, la crise de 2008 a dejà couté au Trésor Britannique la bagatelle de 140 milliards d'euros !!! Alors, il vaut mieux s'en occuper avant que ca ne recommence!

La raison majeure de la crise de 2008 réside dans la confusion au sein des banques de différentes activités avec des réserves et des niveaux de risques très différents. C'est en particulier les activités de banque de dépots et de banque d'investissement qui sont visées car les dépôts ont été largement utilisés avant 2008 pour financer l'activité de banque d'investisement des banques généralistes avec le transfert de risques conséquents venant de cette activité aux comptes de dépots de messieurs tout le monde. La solution c'était une séparation étanche entre les deux types d'activité comme le Glass Stegall act américain l'avait rendu obligatoire pendant des années aux Etats Unis. Les banques américaines ayant réussies à démontrer que ce Glass Steagall act n'était plus compatible avec le fonctionnement moderne du secteur financier, il fut supprimé... avec les conséquences que nous connaissons. Signalons pour la petite histoire que Lehman Brothers était une banque d'investissement pure ce qui ne l'a pas empéché de faire faillite tellement l'interdépendance des banques est un mode de fonctionnement acquis.

L'exercice pour la Commission Vickers était donc de protéger l'activité de dépots sans empécher totalement la cohabitation au sein d'une même entité bancaire des activités de dépôts et d'investissements. C'est le compromis que la commission a,- semble t il-, su réaliser puisque ses propositions ont été saluées très positivement par la majorité comme l'opposition. Seuls le lobby des banquiers britanniques tord toujours un peu le nez en agitant le spectre de la baisse de compétitivité du secteur bancaire, ce qui prouve que John Vikers a su résister à leurs sollicitations.

Que propose donc la commission Vickers? Tout d'abord de cloisonner de manière crédible, à l'interieur d'une banque généraliste, l'activité de dépots pour les particuliers et les PME, avec un conseil d'administration propre et une capitalisation propre ce qui permettra à l'Etat de garantir les dépôts des particuliers. Les possibilités de prise de risque sur ces dépots dans le cadre des activités financières de banque d'investissement seront exclues dans ce système.Les banques par contre échappent au risque de devoir totalement séparer les activités qu'elles craignaient beaucoup.

Monsieur Vickers est par contre plus sévère que Bale III en terme de pourcentage de capitaux propres par rapport aux engagements financiers et aux liquidités avec 10pct minimal de capitaux propres et 17pct en fonds rapidement mobilisables. Il va en couter entre 4.6 et 8.1 milliards d'euros aux banques britannqiue pour respecter ces ratios ce qui sans doute leur créera un problème de compétitivité par rapport aux banques européennes ou américaines qui s'en tiendront à Bâle III.

Cette proposition de régulation a été d'ores et déjà entérinée par le Premier Ministre et le chancelier de l'Echiquier,Georges Osborne, s'est engagé à les transformer en loi avant 2015, fin de la législature. Il sera par contre laissé jusqu'à 2019 aux banques pour adapter leurs organisations et leurs structures capitalistique et financière.

Dernier point, la Commission Vickers était également chargé d'accroitre la concurrence entre banque. Il a prévu qu'il devienne possible de changer de banque en 7 jours et de rendre plus transparentes les offres aux particuliers en employant des vocabulaires harmonisés

Au total, après cette réforme les banques britanniques devraient devenir les plus sures pour les particuliers et pour les investisseurs.Bravo Monsieur Vickers et Monsieur Cameron. Et les autres gouvernements européens que vont ils faire?