On nous parle souvent du démantèlement futur des centrales nucléaires mais plus rarement du coût de l'opération. Le buzz actuel, post Fukushima sur le nucléaire, et l'approche du débat pour l'élection présidentielle fait que nous voyions nos hommes politiques s'intêresser au sujet et les médias prendre le relai ensuite. C'est ce qui m'a permis moi même d'intervenir dans ce débat dans mes messages des 18 et 21 septembre.Celui ci porte sur le sujet en rubrique de la fin de vie de nos centrales et son coût diffcile à cerner.

Tout d'abord, l'affirmation de base d'EDF que le coutCanalblog 0001 001 du démantèlement des centrales a depuis toujours été intégrée dans le prix du Kilowattheure est une nouvelle rassurante! S'il en est ainsi, nous le payons au fil de l'eau à chacune de nos factures et il suffit de continuer comme cela. Cet argent déjà versé devrait donc se retrouver dans les comptes de l'EDF comme provision intangible pour toute autre utilisation comme rémunération de l'actionnaire, l'Etat en l'occurence, participation au bien être des salariés et retraités du groupe, ou rachat de sociétés extérieures à la France. Or on en trouve seulement, 2 milliards pour les Neufs réacteurs déjà en cours de démantèlement et 9 autres pour le futur démantèlement des 58 réacteurs en services.

Faisons le compte ca fait moins de 200 millions par réacteur en démantèlement qui ne produit plus rien et 155 millions par réacteur en activité qui continue à rapporter des sous via nos paiements de factures. Ce ne me parait pas faire beaucoup personnellement, ni par rapport aux sommes préleveées dans les facturations sur les trente ou quarante dernières années ni par rapport au coût réel de ces démantèlements. Heureusement le chef de l'Etat a déjà demandé à la Cour des Comptes de faire le point sur la question. Un peu de patience donc, nous devrions donc bientot savoir ce qu'il en est réellement et, connaissant la Cour des Comptes, son rapport devrait répondre aux attentes de tous de droite comme de gauche.

Sur le plan technique,la politique de EDF consiste en un retour à la pelouse c'est à dire un démantèlement complet, du sol au plafond.avec retour du sol à son état ancien. Qui en a décidé ainsi et est ce la meilleure manière et la moins couteuse de le faire? Je ne sais. Il n'est pas interdit de se poser la question de savoir s'il est bien raisonnable d'aller jusqu'au retour à la pelouse. Qui cela gènerait il que la Centrale de Brennilis reste en l'état comme stockage additionnel, après je suppose retrait du combustible actif? Je ne connais pas la réponse, n'étant pas expert en la matière, mais il m'interesserait de connaitre les commentaires des parties interessées sur le sujet, EDF, ASN je suppose et les Ministères de l'Energie et de l'Environnement.

Par ailleurs, EDF a bien prévu des provisions pour le confinement des dêchets et leur gestion pour un montant de 6.9 milliards d'euros et 11 milliards d'euros pour le traitement des combustibles usés dont on peut penser qu'ils sont compensés en tout ou partie par des ventes ou utilisation ultérieure des combustibles retraités. Or l'on sait désormais qu'il faudra en passer par la construction d'un site de stockage profond  dans les environs du laboratoire souterrain de Bures dans la Meuse. D'après l'Andra, Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs, qui le gèrera, il en coutera 15 milliards d'euros pour le batir et 18 pour les gérer sur cent ans.

Moralité, il y a bien eu des sommes importantes provisionnées par EDF pour couvrir les frais de démantèlement et de gestion des dêchets mais sans doute pas au niveau des frais réels, en particulier sur la démolition des centrales elles mêmes.D'où les demandes insistantes de Monsieur Proglio pour augmenter le prix de l'électricité et en particulier de celui qu'EDF encaissera pour les quantités d'électricité qu'elle sera forcée de vendre à ses confrères.

A suivre mais une chose est sure, nous allons payer plus cher notre électricité...