Le Danemark vient de vivre des élections générales qui ont fait basculer la majorité libérale-conservatrice au pouvoir depuis 10 ans vers la social démocratie. Une expression du ras le bol de l'austérité qui va sans doute donner à réfléchir à tous les austres partis politique en situation préélectorale comme les notres.

C'est une femme,Helle Thorning Schmidt, qui, pour la première fois dans ce pays, a été élue Premier Ministre après avoir menée une coalition de gauche( Bloc Rouge) au succès dans les élections avec 89 députés élus contre 86 à la majorité sortante pour un total de 179 députés au parlement danois.Un Grand Bravo donc pour Helle Thorning Schmidt

Canalblog 0001 Ceçi dit, les problèmes qui se posent au Danemark sont les mêmes que les nôtres,récession,chomage et surdépenses des états. Elle a du donc, un peu avant nos propres hommes politiques, reflechir à comment sortir de la crise et surtout à comment financer ses propositions pour en sortir.Pour les mesures de relance, pas de nouveautés par rapport à toutes les propositions dont vous entendez parler en France également: créations d'emplois publics et accroissement des dépenses dans l'éducation et les infrastructures.

Là où par contre ça change, c'est dans leur financement. Taxer les riches, à ma connaissance c'est déjà fait au Danemark et nul doute que ça va se poursuivre mais sans suffire.hélas. Par contre faire travailler plus les danois, une heure de plus par semaine, ça c'est vraiment nouveau. On se croirait revenu au bon temps de Lionel Jospin et de Martine Aubry avec le passage aux 35hrs dont elle nous avait persuadé à l'époque que cela allait créer des emplois sans pénaliser l'économie. Une prédiction malheureusement démentie par les faits économiques dans les années qui suivirent.

Mais attention, car, comme vous savez, le diable est dans les détails. Dans le cas des 35 hrs de Martine Aubry, qui avaient été conçues dans une logique de partage du travail, très mode à l'époque, il s'est manifesté dès que la question qui tue: "A quel salaire, à l'identique ou au prorata des heures travaillées? ", a été posée à Martine Aubry et qu'elle a répondu "à l'identique sans partage du salaire" . Car, ce faisant, le prix de revient des produits fabriqués par les sociétés passant au 35hrs étaient automatiquement augmentées de 11pct.

Dans le cas donc de Helle Thorning Schmidt la question qui va se poser immédiatement est la même: A quel salaire, à l'identique ou au prorata des heures de travail? Si la réponse est "à l'identique", ça veut dire que pour un même prix de revient du produit,le travailleur travaillera gracieusement une heure de plus par semaine pour l'Etat. Ca me rappelle le jour férié pour les handicapés de de Raffarin et la cacophonie qui a suivi ! Par contre, l'heure supplémentaire de production va se traduire par plus de production à vendre à laquelle il faudra trouver des débouchés, sauf à les solder ou a débaucher ultérieurement. C'est pas gagné, par contre c'est sans aucun doute socialement acceptable.

Si la réponse est "vous serez payés au prorata des heures effectivement travaillées", ca revient à la formule Sarkozy "travaillez plus pour gagner plus". Ca augmente la production à écouler mais ca ne change rien au prix de revient puisque l'heure supplémentaire de travail sera reversé à l'Etat pour sa relance!

Quand je vous disais que le Diable est dans les détails !