J'avais eu l'occasion de vous signaler l'offensive des chinois dans la construction d'infrastructures en Afrique à grand coup de dumping et d'utilisation de travailleurs chinois importés. Ca n'avait bien sur tracassé personnes et surtout pas nos hommes politiques qui sont bien plus intéressés par la mise en place d'un saine concurrence intracommunautaire que par la confiscation potentielle par les chinois de nos meilleurs marchés!

C'est pourtant ce qui est en train de se passer en Europe de l'Est où le BTP chinois, en l'occurence la COVEC, China Overseas Engineering co en Pologne, ou la China Road and Bridge Corporation en Serbie ou en Hongrie où une société chinoise va renover le réseau ferrioviaire local, fait une entrée en force.

Le dernier marché pris dans l'Union européenne par les chinois est celui de l'autoroute Varsovie Berlin qui doit être livrée en 2012 à temps pour l'euro de football (!!!).Le marché à été obtenu par COVEC à 188millions d'euros alors que l'allemand qui suivait immédiatement après COVEC, avait proposé 4 fois plus à 706 millions d'euros. Comment pensez vous que les chinois vont arriver à cres prix de dumping? En important d'abord 2000 chinois pour faire le travail. En principe ils sont censés être traités suivant les conventions collectives locales. Sauf que personne en Europe n'est capable de le vérifier. Entre l'écriture chinoise qui est indéchiffrable pour les européens (essayez de lire une feuille de paye chinoise!), les personnes physiques que nous sommes incapables de reconnaitre et l'incapacité totale d'établir une communication orale avec eux , nous allons nous faire rouler dans la farine comme les chinois savent si bien le faire.Ensuite à coup de subventions par le pouvoir central chinois que vous n'aurez jamais l'occasion de pouvoir vérifier. Et si jamais le marché se termine par des pertes pour la société chinoise adjudicatrice, soyez sur que l'on trouvera quelque part une subvention à l'exportation pour compenser.  

C'est ainsi que grace à l'angelisme à tout crin de nos hommes politiques, le marché va s'ouvrir peu à peu aux chinois aux détriment de nos entreprises de BTP allemandes, françaises ou espagnoles.

Peut être devrions nous rappeller à ces beaux messieurs que pour qu'il puisse y avoir de la concurrence il faudrait d'abord qu'il y ait des marchés à se partager. Et que quand nous n'aurons plus que des emplois de chomeurs assistés à offrir à nos enfants en Europe, le couvercle de la marmite pourrait bien sauter un jour, comme il saute déjà en Grèce ou en Espagne. Mais eux s'en moquent, ils sont sur d'être payés par nos impots et même d'arriver à la retraite...