J’avais un ordinateur d’un âge canonique par les temps industriels qui courent ( 4 ans pensez !) dont le clavier commençait à donner des signes de faiblesse et dont la mémoire était un peu courte au point qu’il fallait de temps en temps nettoyer son disque dur des fichiers temporaires.

J’ai donc investi dans un nouveau matériel de la même marque mais désormais équipé de Windows 7 au lieu de Windows XP. J’ai par ailleurs l’occasion d’utiliser Windows Vista sur un autre ordinateur à ma disposition. J’ai donc l’occasion d’utiliser trois générations de Windows et de pouvoir apprécier le bond technologique que nous offre Microsoft. Eh bien, croyez le si vous le voulez, mais je ne vois aucune amélioration qui « vaille le coup » en passant de la génération ancienne à sa petite fille !

Je dirais même que certaines opérations sont plus compliquées dans le nouveau Windows 7 que dans son ancêtre! Or, je crois comprendre qu’il a fallu des centaines de programmeurs pour mettre au point successivement Vista puis Windows 7. Quel gâchis de compétences alors que tant de choses dans ce mode auraient besoin d’un effort de développement accompagné d’un effort  financier pour mettre à la disposition de ceux qui en ont besoin des dispositifs simples et qui marchent sans devoir se prendre la tête pour les faire fonctionner. Un autre exemple de cet hyper développement inutile, les montres digitales qui tous les six mois à chaque changement d’horaire, vous rappellent combien il était facile de changer d’heure manuellement au temps de la montre mécanique. Encore un ? Les zapettes de programmation de votre téléviseur peuvent être cauchemardesques.

Monsieur Bill Gates lui même a du un jour comprendre la vacuité de ses efforts qui est parti dans sa Fondation s’occuper de choses plus vitales que les micro améliorations de sa nouvelle génération de produits.

Il n’est pas question d’être passéiste et de refuser le progrès. Simplement de demander aux concepteurs et à leurs mentors, les gourous du marketing, de penser simple et de ne pas vouloir accumuler les performances dont nous n’avons pas besoin. Sans doute pensent ils que nous ne sommes pas capable d’apprécier la simplicité d’un outil qui fonctionne sans prise de tête. Détrompez vous, nous sommes tout fait capable de reconnaître la simplicité et sa valeur. Le succès du low cost en automobile en est d’ailleurs un autre exemple.

Alors, messieurs arrêtez de vous torturer l’esprit à nous proposer toujours le dernier plus inutile. Essayer de nous proposer le produit plus simple à utiliser que son prédécesseur. Et n’ayez pas peur de vos gourous du marketing artificiels, remettez les au travail. C’est à eux justement de trouver les arguments pour nous faire apprécier et acheter la simplicité.

D’ailleurs je prends le pari ; la nouvelle génération de produits sera plus simple ou ne sera pas.