J'ai déjà eu l'occasion de vous manifester mon étonnement de ce que EDF,- société nationale à 100pct puis maintenant à 85 pct et dont l'objet, à ce titre, est quand même de développer les moyens de production d'électricité pour satisfaire les besoins des Français-, se comporter comme une vulgaire multinationale privée avec des investissements importants en Amérique du sud, qu'il a fallu revendre à perte, en Italie où EDF a payé cher pour ne pas avoir de pouvoir de décision, en Allemagne où, comprenne qui pourra, EDF vient de revendre sa part dans RWE et finalement en Angleterre où on attend d'elle qu'elle fasse ce que British Energy n'a pas pu faire du temps où elle était entreprise d'Etat, reconstruire le nucléaire anglais!

Le moins que l'on puisse dire c'est que la stratégie d'EDF a été loin d'être claire, ce qui veut dire que les représentants de son actionnaire, l'Etat, n'ont pas du être suffisamment clair sur sa mission.Dans le même temps par contre, l'Etat s'efforçait par tous les moyens de maintenir son monopole de fait sur le marché français et ce même contre l'autre grand énergéticien français, GDF Suez.Comprenne qui pourra.

Le résultat c'est qu'à force d'investir partout dans le monde, on n'a plus assez d'argent pour investir en France. D'où un taux de disponibilité des Centrales nucléaires en déclin régulier et le passage d'une position d'exportateur d'electricité à désormais celle d'importateur. Alors que nous aurions, à mon sens, besoin pour assurer la demande future d'un second EPR.A_121

He bien ce n'est pas en France que sera construit ce nouvel EPR, mais en Grande Bretagne,à Hinckley Point très exactement, sur la cote Ouest face au pays de Galles, que le ministre anglais de l'Energie, précédemment fortement antinucléaire, vient de visiter. Ce sont même deux réacteurs de 1650MW chacun qui y seront construit avec pour objectif de démarrer la production en 2018. Plus qu'en France à la même date

Ces centrales sont prévue prendre le relais des centrales au charbon anglaises pour 25 pct de la production d'électricité et permettre ainsi au pays de remplir ses engagements européens de réduction d'émissions de CO2.

Il en coutera 9 milliards de Livres à EDF, sans aucune subvention de l'Etat britannique. Des milliards de livres qui viendront affecter les résultats de la maison mère et donc ses dividendes à l'égard de l'Etat français et du contribuable. Eventuellement le cout de l'investissement sera repercuté sur le prix de l'électricité en Grande Bretagne mais rien n'est moins sur puisque celui qui en décidera sera le... gouvernement anglais.

Je n'ais rien sur le fond contre cette stratégie de développement et d'investissement d'EDF qui vise à faire de la société le plus important énergéticien d'Europe. Simplement, il faudrait définir clairement si EDF reste la société française chargée d'assurer les besoins des français en électricité, protégée comme telle en dépit du traité de Maastricht, et dans laquelle l'Etat est largement majoritaire et décideur, ou si EDF devient une société privée qui vit sans vie et dans ce cas il faudrait chercher d'autres investisseurs pour répondre à nos besoins et peut être faudrait il aussi que l'Etat "récupère ses billes" pour aller défendre d'autres grands noms ou sociétés françaises comme en ce moment...la marque Yoplait !

Qu'en pensez vous?