Depuis l'apparition de sources de production d'électricité diffuses et intermittentes avec les panneaux photovoltaïques sur les toits des habitations individuelles et, à un niveau plus irmportant de production, les éoliennes, la distribution d'électricité devient infiniment plus compliquée et les responsables de réseaux de distribution, comme ERDF en France, s'arrachent parfois les cheveux.

Le principe de distribution actuel d'électricité, ce sont d'énormes unités de production, dont en particulier les centrales nucléaires, qui évacuent leur électicité dans des réseaux de très haute tension avant de passer le relais, grace à des batteries de transformateurs à des réseaux de moyenne tension qui arrivent en 220 volts jusque chez vous. L'image parfaite d'un tel système de distribution, c'est la distribution du sang dans le corps humain ou encore de la sève dans un arbre.

Or imaginez désormais qu'au lieu d'un organe central d'approvisionnement et de distribution,il vous faille maintenant capter sur le réseau l'électricité de sources de production multiples et petites, panneaux photovoltaïques ou éoliennes,pour l'amener là où la demande existe de manière instantanée.Car, difficulté supplémentaire, l'électricité ne se stocke pas. Il faut qu'en tout instant, la production corresponde à la demande.

Ces sources nouvelles ont un fonctionnement intermittent en fonction de la force du vent ou de l'ensoleillement et ce dans des proportions considérables puisqu'une éolienne ne fonctionne que de 20 à 30pct du temps. Et elles ne fournissent pas nécessairement de la très haute tension ni de fortes puissances. Enfin là où vous disposez d'une de ces sources de production intermittentes, vous avez besoin d'une source alternative de production qui vous permette de pallier à l'arrêt inopiné de cette production pour continuer à satisfaire à la demande de votre utilisateur.

En se projetant dans l'avenir enfin, on va voir inévitablement monter en charge l'utilisation de l'électricité pour la recharge des batteries des voitures électriques. Recharge qui se fera la nuit chez soit ou en journée sur les lieux de travail avec dans nombre de cas le besoin de mesurer ces consommations instantanées pour les attribuer à tel ou tel consommateur individuel 

Tout ceci pour dire que les réseaux électriques de l'avenir devront être infiniment plus complexes que nos réseaux actuels dont on peut constater qu'ils ont, en général, été les sacrifiés des politiques d'investissement des compagnies d'électricité face à la production.C'est donc un immense travail qui attend les distributeurs d'électricité. La Commission Européenne en est d'ailleurs bien consciente qui prévoit de subventionner ce type de mise à niveau des réseaux. Le résultat,c'est ce que l'on appelle le "smart grid" ou le réseau intelligent en Français, dont la clé sera la communication en temps réel des demandes et des disponibilités de production pour adapter l'un à l'autre.

Un certain nombre de compagnies internationales de distribution d'électricité viennent d'ailleurs de se reprouper en association pour promouvoir l'utilisation intelligente de l'électricité qui, d'après elle, est la clé de la lutte contre les émissions de CO2 pour l'avenir. Il s'agit de l'association E8 dont vous pouvez trouver le crédo sur leur site internet www.e8.org. Les participants en sont  l'EDF pour la France, l'Enel pour l'Italie,RWE pour l'Allemagne,American Electric Power et Duke Energy pour les US, Electrobras pour le Brésil,Tokyo Electric Power inc  et Kansai Electric Power Company pour le Japon, Hydro Quebec pour le Canada et JSC Rushydro pour la Russie.

A suivre