Ce titre est le sujet d’une publicité pleine page trouvée dans la presse anglo-saxonne et faite par le producteur suisse d’OGM, Syngenta qui doit être le troisième producteur mondial de ces semences. Dans cette publicité, Syngenta offre deux possibilités pour résoudre ce problème au lecteur :

« Cultiver de nouvelles terres arables »                        ou

  « Tirer davantage des terres arables existantes »

Ce choix s’accompagne d’une profession de foi en faveurs des productions d’OGM de Syngenta, - c’est assez normal, c’est leur publicité-, que l’on peut traduire comme suit :

« Le monde  a besoin de plus de nourriture. En 2050, il y aura 2 milliards de personnes en plus sur la planète. Comment allons nous leur procurer suffisamment de nourriture de haute qualité tout en protégeant notre environnement ? Chez Syngenta, nous pensons que la réponse repose sur le potentiel sans limites des plantes. Nous développons des nouvelles semences à plus haut rendement et avec de meilleures possibilités de défense contre les insectes, les champignons ou les maladies. De manière à ce que les fermiers puissent tirer plus de leurs terres existantes et mettre moins de nouvelles terres en culture. C’est juste une voie dans laquelle nous aidons les producteurs dans le monde à répondre au défi du futur : produire plus avec moins. Pour un savoir plus visitez notre site www.growmorefromless.com «  

Il s’agit bien sur d’une publicité d’une société fortement impliquée dans la production d’OGM et à ce titre elle est forcement partiale. Elle pose néanmoins une question fondamentale qui est de savoir comment nous allons réussir à nourrir les 9 milliards d’habitants de cette planète dans moins de quarante ans en intégrant le fait que leurs attentes en terme de quantité, de qualité et de variété de nourriture sera sans commune mesure avec leurs exigences actuelles.

Peut être la mouvance écologiste, dont les inquiétudes sont parfaitement respectables, devrait elle nous dire comment elle compte résoudre ce difficile challenge…sans OGM bien sur.