Il y a un ennui avec les emprunts que nous mêmes, les entreprises ou les états font régulièrement, c'est qu'à l'échéance du contrat de prêt, il faut en rembourser le capital! Si vous avez entre temps gagné et mis de coté l'argent pour le faire, pas de problème. Si vous ne l'avez pas fait ou pas suffisamment, il vous faut réemprunter pour rembourser le premier emprunt.

Si vous êtes un simple particulier et que vous êtes dans ce cas on ne vous porètera pas à nouveau et on vous fera vendre le bien que vous avez acheter avec cet argent ou les garanties que vous avez données pour obtenir initialement votre emprunt. Si vous êtes une entreprise, on vous fera éventuellement un autre pret mais il faudra montrer pate blanche et fournir à votre/vos banques votre compte de résultat, l'état de votre endettement, vos perpectives de développement.Si ces élements sont satisfaisantes et montrent que vous appartenez aux entreprise bien gérées, on vous fera un nouvel emprunt.Par contre, s'ils ne sont pas très brillant vous obtiendrez peut être quand même vos prêts mais à un taux supérieur au marché

Si vous êtes un état, vous étiez considérés jusqu'à encore récemment comme solvable sans limite. Pas de problème donc vous pouviez réemprunter au taux du marché. C'est le mécanisme de l'accroissement perpétuel de la dette des états qui n'arrivant pas à rembourser leurs emprunt précedents continuent néanmoins à emprunter à tout va. C'est ainsi qu'en quelques années vous passez de 400/500 millards de dettes à 1200/1400 ! Quand Madame Lagarde s'inquiète de la nuisance des contrats dit revolving, elle sait de qui elle parle puisqu'elle est exactement dans ce cas de figure comme Ministre des Finances.

A_018Reste que pour emprunter il faut trouver des préteurs.Et nous voici donc dans une économie de marché de nouveau. Or si l'on évalue pami les dettes existantes, les dates d'échéance et les volumes de dettes en cours, on s'aperçoit qu'il va y avoir un problème majeur en 2012.

En effet, aussi bien dans les emprunts des entreprises que dans ceux des états on trouve une conjonction d'arrivées à échéances dans les années 2012 à 2014. Des emprunts effectués classiquement sur 5 ou 7 ans juste avant la crise, des dettes d'entreprises à échéance en 2009/2010 et que ces dernières ont réussies à proroger jusqu'en 2012,sans compter les 1500 milliards d'euros que les Etats Unis auront à emprunter pour combler le déficit budgétaire de l'année et de ceux en provenance des pays européens.

Les anglo saxons appellent cette situation le "Maturity wall" ou mur des échéances. Elle se traduira par une demande potentielle de 155 milliards de dollars en 2012 suivi de 212 en 2013 et 338 en 2014 soit 114,156 et 250 milliards d'Euros!

C'est dire que ce sera la fète pour les préteurs à ce moment là et le désespoir pour les contribuables pour les années suivantes. Nous ne sommes pas sorti des déficits des époques laxistes! Simplement au lieu d'être les emprunts "subprime" à vocation immobilière, ce seront les obligations, et derrière les obligations structurées, qui seront sur le grill de la confrontation à la hausse brutale de la demande.

Attention donc à la période de 2012/2014!