Nicolas Sarkozy, de retour de son week end privé en Arabie Séoudite, a réussi à voir la main de Thierry Henry et à aller rendre visite aux maires et administrateurs divers des collectivités locales qui , après s'être "payé" le Premier Ministre entendait faire entendre les mêmes plaintes par le Président cette fois.

C'est bien entendu le problème de la révision de la taxe professionnelle, qu'ils avaient pourtant réclamé depuis des années, qui anime leurs plaintes. Pas seulement sur le montant de cette taxe dont l'Etat leur affirme devoir leur être reversée à l'Euro pret mais sur la perte d'autonomie qu'ils vont encourir du fait dfe la réforme. Car, en effet, à cette occasion l'Etat reprend la main sur la fixation des taux et des assiettes de ces taxes et donc les communes, départements et région n'auront plus la liberté de les fixer à leur gré et ce faisant d'augmenter subrepticement leurs budgets.

La régionalisation chère à Monsieur Raffarin s'est en effet traduite par un florilège de dépenses nouvelles dont les plus voyantes sont tous ces Hôtels de région à l'architecture ostentatoire que les français ont vu fleurir içi ou là.Ceci dit ce ne sont pas eux les plus couteux, ce sont les embauches de personnels qui eux génèrent des dépenses pour plusieurs décennies. Or le calcul du déficit public au titre de Maastricht, les fameux 3pct du PIB de déficit, inclut les déficits du budget de l'Etat mais également ceux des collectivités locales sur lesquel l'Etat avait perdu tout pouvoir. La reforme de la taxe professionnelle va permettre de récupérer, en partie tout au moins, la maitrise sur ces dépenses. Au grand dam des intéressés....

Ils se sont ainsi fait rappeller à l'ordre par le Président qui a qualifié de "folie fiscale" leur comportement de ces dernières années.

Ce qui me parait personnellement assez consternant, c'est de voir la tête de ces milliers de Maires et Conseillers à devoir réaliser qu'ils ne pourraient plus augmenter leurs budgets et leurs dépenses à leur guise.La télévision est cruelle dans ces occasions quand elle vous montre les mines des intéressés négatives avant même d'avoir entendu quoi que ce soit ou quand vous les voyez discuter entre eux avec des mines consternées. Il est évident à les voir qu'ils n'ont aucune culture de maîtrise des dépenses, à fortiori de réduction de leurs budgets !

Ils devraient pourtant se rendre compte que c'est à force de les augmenter que les entreprises, qui en fin de compte payent ces charges,perdent peu à peu de leur compétitivité et ferment un jour ou l'autre.Il faudrait qu'ils se rendent compte que les services publics, quelqu'ils soient, sont des couts et que l'on ne peut dépenser plus que ceux que l'on ne touche...

Seul bémol au commentaire du Président, il faudrait que lui même et son gouvernement ne donne pas eux mêmes l'exemple de la "Folie Fiscale"....