Vous savez sans doute que le futur de la voiture électrique dont on vous entretent tous les jours dans nos médias depend de développement de batteries nouvelles à grande capacité massique c'est à dire de la plus forte quantité d'électricité stockée dans la plus petite masse de batterie. Car le handicap des batteries et donc de la voiture électrique c'est le poids de batteries, en particulier au plomb, dont elles ont besoin pour se mouvoir.

Pour l'instant, la technologie  la plus en pointe pour les batteries sont les batteries Lithium ion. Ce sont celles que l'on utilise dans nos téléphones portables ou micro ordinateurs. Car pour l'instant, on ne maitrise bien que les batteries de ce type de petite taille. Au dela, pour les batteries de grande capacité et de grande taille nécessaires pour les voitures, on ne sait pas encore résoudre les risques d'inflammation spontanéees qu'elles présentent et leur haute température de fonctionnement nécessité des précautions particulières.

Autre problème majeur, elles ont besoin de disposer en grande quantité,si on prend en compte leur utilisation automobile, d'un corps chimique pas très répandu à la surface de la terre, le Lithium.Or on a découvert une mine de Lithium qui est de loin la plus grande au monde et qui représente 70 pct de ses reserves mondiales...en Bolivie. Ce pays d'Amérique latine, situé au confins de l'Argentine et du Paraguay au sud, du Brésil amazonien à l'ouest et au nord, et du Pérou à l'est est une démocratie dirigé par un indien, Evo Moralés, très proche du vénézuélien Hugo Chavez. Riche en gaz qui lui permet d'approvisionner le continent sud américain en énergie, elle reste un pays peu développé économiquement.

La mine de Lithium que tout le monde minier lorgne s'appelle Salar de Uyuni, un ancien lac salé au coeur des Andes. Et comme Evo Moralés est passé récemment en Europe, c'est Vincent Bolloré, fortement engagé dans le developpement de la voiture électrique qui lui a fait les honneurs du premier essai de son prototype. Une première à laquelle même son actionnaire principal EDF n' a, à ma connaissance, pas encore eu droit.

Vincent Bolloré s'est allié au groupe français minier Eramet, très présent dans le nickel et en Nouvelle Calédonie, pour faire des propositions d'exploitation commune de ce gisement. Cerise sur le gateau, le Président Sarkozy, grand ami de Bolloré, l'a reçu au retour de son voyage en Russie et ira visiter la Bolivie en septembre après sa visite au Brésil. C'est dire que l'on met les petits plats dans les grands pour "enlever le morceau".

A suivre donc et bonne chance au couple Sarkozy/Bolloré pour enlever le marché au nez et à la barbe de tous ceux qui s'y intéressent.