C'est la conclusion à tirer des discussions à l'échelle de l'Union Européenne pour savoir si oui ou non, l'Union Européenne allait entériner le plan Energie/Climat de la Commission européenne qui date déjà d'un an. Notre Président,dont la lutte contre le réchauffement climatique a été un des chevaux de bataille pendant la campagne présidentielle et depuis avec le Grenelle de l'environnement, l'avait annoncé comme un des objectifs majeurs de sa Présidence européenne.Il y a réussi en arrivant à convaincre Angela Merkel, la seule à exprimer des réticences, pour cause de sauvegarde de l'emploi, de se joindre à la meute des biens pensants environnementaux, ceux de l'air du temps qui eux, n'ont pas de soucis d'emplois à défendre face à leurs convictions environnementales. Il est vrai sans doute que, eux, ne risquent pas de se trouver au chomage pour cause de malvente de voitures ou d'écroulement de la sous-traitance de cette industrie.

Angela Merkel, l'Allemagne, la Hongrie et la Pologne ont obtenu néanmoins, face à la meute hurlante des biens pensants, de conserver une entrée en vigueur progressive des nouveaux engagements de paiement des quotas d'émissions de CO2 et des dérogations pour les pays et industries dont le charbon constitue toujours la matière première principale.

Bonjour l'usine à gaz résultante pour les industriels pour mettre en place de telles normes! Mais passons.

Ce qui me choque particulièrement, c'est le transfert progressif et médiatique des émissions de CO2, fatales comme résultat normal de toute combustion, voire de la respiration humaine et animale, vers de la pollution qui selon le bon principe du Pollueur/Payeur devient payante par le système des quotas désormais payants! Par quelle ignorance de la chimie de base, nos ministres et Président peuvent ils en arriver à gober les élucubrations du petit monde médiatico-Ongéiste qui transforme un gaz inoffensif pour l'espèce humaine et animale , certes en principe à effet de serre même si certains scientifiques n'en sont toujours pas convaincus, en ennemi numéro 1 de l'espèce humaine!!

Je persiste et signe, le CO2 n'a rien de polluant pour l'espèce humaine et animale, c'est un gaz inoffensif qui, hélas pour lui, est effectivement un gaz à effet de serre. C'est ainsi, et c'est le lot de la démocratie de plus en plus médiatique qui nous gouverne d'essayer de modifier les faits scientifiques en évidences auto-affirmées

Que deviendra cette jurisprudence désormais établie quand on s'apercevra que l'homme, lui aussi, émet du CO2 chaque fois qu'il expire? Irons nous considérer, à un moment donné, que l'espèce humaine est également un élément polluant de notre environnement et qu'à ce titre elle doit acheter des droits à polluer pour avoir le droit de continuer à respirer? La logique le voudrait, le bon sens le condamne, mais que vaut le bon sens face à l'affirmation médiatique que le CO2 est un polluant?

Le volontarisme forcené de notre Président, hélas, va aider la croyance à prendre le pas sur la vérité scientifique, c'est ainsi...Dommage.

NB Les services de Madame Merkel avaient estimé à 100 000 les pertes d'emplois liés à la mise en place des quotas payants en Allemagne. Pourrait on savoir quels sont les chiffres équivalents de destruction d'emplois en France et par quel miracle chaque fois qu'on nous parle d'économie verte elle doit générer des créations d'emplois par centaines de milliers. Des chiffres et des engagements fermes Messieurs les prévisionnistes?