La réponse à la question que vous vous posiez dans la fin de mon premier message sur le sujet en rubrique, ce sont lessoleil "humeurs du soleil", un astre monstrueusement energétique mais qui subit des cycles dans son activité, matérialisés par les fameuses taches solaires que l'on suit depuis longtemps. Un cycle en moyenne tous les onze ans. Nous en sommes au cycle 23 et allons bientot entre dans le cyle 24.

cyclesD'après de nombreuses études expérimentales concordantes portant sur la période actuelle, il y aurait une très bonne corrélation entre les cycles du soleil et les températures observées sur terre telle que le montre cette courbe de corrélation sur les 250 dernières années. Ou encore entre le rayonnement cosmique et la température observés dans des carottes de forages profonds qui vont jusqu'à 500 millions d'années .

Les éruptions du soleil  ne font pas varier la luminance de l'astre mais se traduisent par des orages magnétiques qui ont pour conséqunces de dévier de la terre les trajectoires des faisceaux de radiations ionisantes qu'il nous envoie. Or ces  radiations ionisantes ont pour effet de provoquer la formation de nuages. Quand donc le soleil manifeste de fortes éruptions solaires,comme actuellmenet, les radiations ionisantes reçues sur terre sont au contraire à leur mimimum et l'ennuagement diminue. Or les nuages ont un impact infiniment plus important sur le climat que la proportion de CO2 dans l'atmosphère(de 60 à 95 pct suivant les auteurs contre 5 à 25 pct pour un eventuel effet de serre).cluster_20455

Nous serions donc simplement à un point d'activité solaire particulier qui induit une élevation de la température par diminution de l'ennuagement provoqué par ses radiations ionisantes. Quant au cycle solaire 24, il devrait se traduire par une baisse de la température...

nuage_20590Pourquoi tout ce ramdam alors? Les intérêts particuliers de ceux impliqués dans ce " fromage" du réchauffement climatiques? Les spécialistes de toutes disciplines qui bénéficient de larges financements, les politiques qui y voient une opportunité de carrière nouvelle, les écologistes qui y "croient", voire les journalistes qui vendent leur copies. Un exemple en quelque sorte de comment un problème scientifique difficile peut être instrumentalisé par des non experts pour en faire une opportunité, comme on dit, pour certains. Ou peut être encore une guerre de chapelle entre scientifiques de différents courants.

Je vous laisse seul juge. En tous cas l'hypothèse des caprices du soleil, si elle se vérifie, serait bien plus sympathique pour l'espèce humaine.

Par contre, et quoique il arrive au changement climatique, une chose reste sure qui justifie les efforts à faire, le pétrole va bien disparaitre un jour...