Pas directement en se consumant, ou du moins en quantités négligeables, mais par l’effet indirect que sa culture et sa production a sur … la déforestation des pays producteurs !

C’est l’alerte que la Colombie, gros pays producteurs de coca, lance en effet  auprès des consommateurs de cocaïne en Europe. Le Vice Président colombien, Francisco Santos, vient de révéler que son pays a perdu en 15 ans environ deux millions d’hectares de forêt vierge du fait de l’accroissement des surfaces cultivées pour produire de la coca sur cette période.

Deux millions d’hectares, c’est la surface d’un pays comme la Slovenie. Parmi les causes d’accroissement des émissions de CO2 dans le monde signalons que le plus grave est effectivement la déforestation qui touche de nombreuses forêts primaires comme en Indonésie, en Amérique latine et en Afrique, pour l’exploitation du bois ou le remplacement des forêts par des cultures autres comme la coca en Colombie ou les cultures (palmier à huile)  pour produire des biocarburants.

Un sujet dont le traitement médiatique est quasi nul et qui mériterait pourtant un traitement au moins aussi important que notre Grenelle de l’environnement