Je m'étais demandé par quel miracle un état aussi impécunieux que le nôtre pouvait vouloir se constituer un fond souverain. Enfin si un homme aussi inventif que Nicolas Sarkozy l'avait dit, c'est qu'il avait trouvé une de ces idées diaboliques dont il a le secret pour à la fois créer un tel fond, ramener la dette du pays à moins de 60pct du PIB comme le prévoit le traité de Maastricht, et financer en même temps les différents programmes de soutien au système financier voire à l'économie réelle.   

Car enfin le principe et l'exemple des fonds souverains récemment créés et existant dans le monde l'ont tous été dans des pays qui disposaient de ressources budgétaires considérables. Tous ceux qui ont bénéficié récemment de la hausse considérable du prix du baril de brut suivi de celui des matières premières en général. Je veux parler de l'Arabie Séoudite, un membre du club de longue date, de la Chine et de l'Inde, qui, eux, tirent le capital de leurs fonds souverains de l'excédent de leur balance commerciale, de la Russie, toujours l'énergie et le gaz en particulier, de Singapour, d'Abu Dhabi ou du Quatar ou,encore de leur précurseur, le fond souverain de Norvège. Comment nous, qui sommes pauvres de 25 ans de déficit de notre budget, allons nous pouvoir financer notre fond souverain.

C'est simple, a expliqué Nicolas Sarkozy,il suffit de "profiter d'un argent qui n'est pas cher pour acquérir des actifs stratégiques dépréciés, le temps que la crise passe, avant de les remettre sur le marché" a t il expliqué au parlement européen! Seul problème, les moyens des fonds souverains atteignent de l'ordre de 200 à 600 milliards d'euros alors que notre propre fond souverain, s'il est jamais crée, disposera péniblement de 200 à 500 millions d'euros.

Alors on mobilisera la fameuse Caisse des Dépots et Consignations, cet organisme dont j'avais eu le malheur dans ces colonnes de le qualifier de bras armé de la République, ce qui m'avait attiré des cris d'orfraie de lecteurs qui m'assuraient que le rôle de la CDC était tout a fait limité à la conservation quasi religieuse des fonds à lui confié par nos livrets A. Incidemment, vous tous qui ,avec la prolifération via les banques de ce type de livret et dans l'optique de ne plus jamais prendre de risque avec les placements à risques, allaient confier votre argent à la Caisse de Dépots, sachez que ce faisant vous allez à les livrer à Nicolas Sarkozy pour le rôle que je viens de vous décrire, celui d'un capitalisme d'Etat.

Sur le fond, il a certainement raison en affirmant qu'il serait utile que l'Etat Français dispose d'une masse de manoeuvre financière qui lui permette d'intervenir sur le marché, voire d'empécher des prises de controle intempestives de nos plus belles entreprises en profitant de la décote de leurs cours de bourse. Un peu ce qu'il avait réussi à faire lui même dans le cas d'Alstom. Mais tout ceci consiste à prendre des risque avec votre argent, voire à SPECULER, quelle horreur!

C'est ainsi que nous allons batir notre fond souverain ' à la française".Il n'est pas inutile de le savoir...

Un capitalisme d'Etat, certes, mais à vos risques et péril....