Il y a trois ans, Sanofi Aventis nous faisait miroiter comme un de ses futurs blockbuster, ces médicaments susceptibles de générer plus de 1 millions de dollars de chiffre d'affaire, une molécule nouvelle qui permettait,disait elle, de lutter contre l'obésité, le rimonabant. Sachant combien l'obésité devenait un problème de santé publique mondial de plus en plus critique, il n'y avait aucun doute que ce produit, commercialisé sous le nom d'Acomplia serait la future vache à lait du groupe et lui permettrait de se positionner de plus en plus haut sur l'échiquier mondial des sociétés pharmaceutiques.

L'Acomplia avait été ainsi lancé dans 32 pays au monde dont 18 dans l'Union Européenne. Par contre il avait affronté un échec aux Etats Unis où les autorités de santé, la FDA, avaient refusé de l'autoriser. De ce fait les ventes n'avaient pas décollé dans le monde et stagnaient à 300 millions d'euros/an, loin des attentes de Sanofi Aventis. 700 000 patients néanmoins  avaient été traité dans le monde avec l'Acomplia.

Le coup de grace vient de lui être porté par les autorités européennes. C'est l'Agence Européenne du Médicament,EMEA,qui vient dans son rapport final d'évaluation de considérer que l'Acomplia apportait au patient finalement moins d'avantages que d'inconvénients! En effet les effets sur l'obésité s'etaient révélés moindre au bout de trois mois que ceux attendus sur la base des essais cliniques. Par contre la prise du produit provoquait deux fois plus de troubles dépressifs que ceux observés sur un échantillon témoin de patients qui prenait un placebo à la place..

Une grande claque pour la recherche de Sanofi Aventis et son directeur Gérard Le Fur qui en était devenu entre temps le PDG.L'Acomplia va être immédiatement retiré de la vente

Un grand Bonnet d'Ane donc de notre part à Sanofi Aventis pour ce loupé magistral