Dans un message du 28 octobre je vous signalais le risque que nos collectivités locales se soient laissées aller à acheter des placements à risques, ce fameux "monétaire dynamique", pour gérer leur trésorerie.

Je me trompais. Nos collectivités locales ne placent pas de l'argent, elles en empruntent! Mais hélas elles ne semblent pas plus habiles pour emprunter que pour placer de l'argent. C'est ainsi que le député socialiste Claude Bartolone,récemment élu Président du Conseil Général des Hauts de Seine( le 9.3) vient de pousser des hauts cris après s'être aperçu que, sous la direction de son prédécesseur communiste, l'encours de dettes du département, de 864 millions d'euros, avait été constitué à 97 pct de prêt dit toxiques à taux variable et indexés sur différentes monnaies. L'interet de ces prêts à taux variables qui montent avec le temps c'est qu'ils vous permettent de financer des travaux à bas coût initialement et d'en faire payer le vrai coût dans un laps de temps suffisamment long pour... passer les prochaines élections ou, en tous cas, en en laissant la surprise à leurs successeurs éventuels.Et c'est Dexia, la Banque des collectivités locales,parait il, qui fournissait les dits prêts !

De même pour la munipalité de St Etienne qui s'est elle aussi laissée tentée par des produits "structurés" pour 60pct de ses emprunts!La aussi c'est Dexia qui était en première ligne avec 200 millions sur 19 prêts! A croire que nos élus passent leur temps à faire des prêts.

Toutes les collectivités locales n'en sont pas arrivées à des situations aussi dégradées. Par contre elles sont toutes en fin d'année au moment où elles doivent rééquilibrer leur budgets comme la loi le leur impose avec... de nouveaux prêts . L'ennuyeux c'est que ce n'est vraiment pas le moment pour chercher de l'argent sur le marché. Les banques en ont peu ou en manquent et, si elles en ont un peu, elles le font payer cher.C'est donc plutôt tendu pour assurer les échéances de fin d'année.

En tant que contribuable nous allons avoir droit par contre à la double peine. Comme Dexia a du être repris en urgence par l'Etat qui y a injecté des fonds, c'est nous qui devront  fournir et garantir ces prets d'Etat. Et en temps que, comme  contribuable local, nous devrons également renflouer les finances de la ville dans laquelle nous vivons ! Bonjour les budgets et les impots l'année prochaine!

Compte tenu de la complexité du marché des produits financiers et des prêts, il ne me paraissait pas optimal que decentralisation aidant, on laisse aux régions, départements, intercommunalités et même petites communes le risque de se lancer dans des prêts complexes alors qu'elles ne disposaient pas des personnes compétentes pour le faire.Il existe pourtant au niveau de l'Etat des personnels dont c'est le but d'émettre des emprunts d'Etat pour boucher les trous de nos budgets et de notre dette.Pourquoi les régions,départements etc...jusqu'aux communes ne peuvent elles profiter de ce savoir ou de ces emprunts plutôt que de devoir emprunter auprès des banques?

Il existe aussi, parait il, des Cour des Comptes régionales,des directions financières départementales,une Direction du budget et même une Direction Génerale du budget des collectivités locales(DGCL). Tout ce beau monde n'a rien vu venir et on peut donc se demander à quoi ils servent. Et finalement ils ont choisi de faire ce qu'à titre personnel, ils ne feraient probablement pas, emprunter à taux variable. Curieux comme on peut changer de comportement quand c'est votre argent propre qui est en cause plutôt que celui du contribuable

Bref cette crise aura au moins le merite de nous montrer que l'administration ne semble pas controler grand chose du fonctionnement financier de notre structure administrative. Souhaitons que ces difficultés portent conseil....