C'est la conséquence des grandes manoeuvres qui se poursuivent en Europe pour restucturer le secteur bancaire et financier à la suite de la crise financière. La semaine dernière on vous annoncait que le belgo néerlandais Fortis qui avait participé quelques mois auparavant au dépeçage du néerlandais ABN Amro avec ses collègues écossais, la Royal Bank of Scotland, et espagnol, Santander ( l'Europe des prédateurs en quelques sorte) était elle même en grande difficulté de trésorerie et de confiance. Car dans le processus de mort des banques, c'est la perte de confiance dans la capacité de la banque de rembourser les sommes que ses collègues lui prètent, qui génère les difficultés de trésorerie et la mort quasi immédiate d'une banque.

Les Etats Belges, Néerlandais et luxembourgeois avaient paré au plus pressé le week end du 30 septembre en nationalisant chaque filiale nationale de Fortis et en injectant du cash. La presse vous avait annoncè que l'offre de reprise de la BNP pour 14,7 milliards d'euros avait été écarté. C'etait faux. Un train pouvant toujours en cacher un autre, les tractations se sont en effet poursuivies toute la semaine, pour après avoir réagi à l'urgence,régler le problème sur le fond c'est à dire trouver une banque à qui adosser une Fortis bien malade.

La BNP Paribas va donc prendre le controle des filiales belges et luxembourgeoises de Fortis, pas de la filiale néerlandaise( pour l'instant du moins) dont l'etat Néerlandais souhaiterait peut être bien conserver le controle, ne serais ce que parce qu'elle est propriétaire des actifs de ABN Amro qu'elle envisage peut être de recréer. Pour 14.7 milliards, elle reprend 75 % de la filiale belge de banque et 100% de la filiale d'assurance et 66% de la filiale luxembourgeoise.Oui mais comment gère t elle le risque des actifs à risque que Fortis possedait? Ils seront cantonné pour 10.4 milliards d'euros dans une filiale dite de défaisance, la même technique que celle employée pour le Credit Lyonnais, qui appartiendra à l'état Belge à 24 %, au groupe Fortis et pour 10pct tout de même à BNP Parisbas.

Par ailleurs l'Etat Belge et l'Etat Luxembourgeois deviendront actionnaires à 11.7% du capital et 1.1 % respectivement ce qui fait comme je vous l'annoncait en titre que la BNP Paribas devient...belge. Ce qui n'est qu'une plaisanterie tant que l'on aura pas défini ce qu'est réellement la nationalité d'une société.

Globalement ca semble bien une négociation win/win ou gagnant/gagnant entre des états qui se débarrassent largement du risque des actifs toxiques de Fortis et qui prennent un forte participation dans ce qui devient la première banque de dépot européenne et une BNP Paribas qui touchent les dividendes de la qualité de sa gestion et voit sa sphère d'influence, après l'Italie et la France, s'étendre à l'Europe du nord avec la première position en Belgique et au Luxembourg.

Bravo !