La journée du Patrimoine offre tous les ans l'occasion aux français d'accéder à un grand nombre de monuments publics et privés. Seul problème, les queues pour entrer dans les monuments qui témoignent du grand succès public de cette journée. A cette occasion, réapparait dans les médias, la question de la gratuité des musées, effective ce jour là, et dont on peut se demander si ce n'est pas l'élement déterminant du succès de la journée du patrimoine.Et, bien sur, de se poser la question de savoir si on ne devrait pas en étendre le principe à tous les musées de France.

Pour quelle raison d'abord vouloir rendre gratuit l'accès aux musées alors que, je suppose, ces derniers en ont bien besoin pour équilibrer leur budget? Pour attirer les publics qui n'y iraient pas naturellement et qui hésitent actuellement à en franchir les portes par timidité, meconnaissance de ce que l'on peut y trouver ou par manque d'argent.Tout Ministre de la Culture, dont la vocation naturelle est d'ouvrir l'accés à la culture au plus grand nombre, doit se poser cette question.

Un essai de gratuité d'accés permanent sur une grande échelle a ainsi été engagé en début d'année dans 18 établissements à Paris et en province pour une durée de 6 mois. Les enseignements de cette expérience, c'est que la gratuité totale se traduisait par une forte hausse de la fréquentation( +56pct), variable d'un musée à l'autre, mais que ce surcroit d'affluence était le fait des visiteurs habituels et pas vraiment d'un apport de visiteurs nouveaux.

Un autre essai d'une autre nature a été d'accorder cette gratuité de manière ciblée,pour les 18/25 ans par exemple ou pour des nocturnes. Ce fut le cas par exemple au Musée d'Orsay, au Louvre, au Centre Pompidou et au musée du quai Branly.La aussi la mesure a permis d'attirer de nouveaux visiteurs mais les bénéficiaires en ont été essentiellement les étudiants ou les touristes étrangers et la diversité des publics n'a pas vraiment changé.

Sur le plan financier, par contre, le trou a été de 100 000 Euros. Or il faut savoir que la principale ressource pour des achats d'oeuvres des musées provient justement des recettes de billeterie.

Il appartient maintenant au Ministère et au Président d'en tirer les conclusions. Sachez que la gratuité totale couterait à l'Etat, donc à vous mêmes, contribuables, entre 150 à 150 millions d'euros par an...

A suivre