C'était entre - 7 et - 5.96 millions d'années. La mer Méditerranée communiquait à l'époque avec l'océan Atlantique par deux détroits, celui de Gibraltar et un autre détroit au sud du Rif marocain. Une poussée de la plaque africaine vers le nord retrécit le passage sud-rifain et le niveau de la Méditerranée baissa brutalement de 150 m !Puis les choses se rétablirent progressivement et la Méditerranée repris peu à peu son niveau normal et son approvisionnement en eau de l'Atlantique.

Entre - 5.64 et -5.48 millions d'années, soit sur une période de 160 000 ans, on assiste à une autre poussée, plus forte, de la plaque africaine qui finit par isoler totalement la Méditerranée et la Mer Noire de l'Atlantique en obturant les deux passages de Gibraltar et du sud du Rif. Le niveau de la Méditerranée baisse  par évaporation de 1500 mètres et se traduit par des dépôts au fond du bassin méditerranéen de sels minéraux sur une épaisseur considérable. Pas moins de 1.5 à 3 kilomètres !Canalblog052 C'est ce que les scientifiques appellent la grande crise messinienne

Cette croute de sel tapisserait donc le fond du bassin méditerranéen. Les fleuves qui se jetaient dans la Méditerranée, obligés de descendre 1500 m plus bas creusent progressivement des canyons très profonds qui remontent très haut dans les terres. C'est ainsi que le Rhône creuse un canyon de 400km de long jusque sous la Bresse qui passe à une profondeur de 1150 m sous les Saintes Maries de la Mer!

De même le Nil a creusé un canyon sur 700 km qui part à 2000 m de profondeur par rapport au niveau du Caire et que l'on a trouvé lors de la construction du barrage d'Assouan.

Par le détroit de Gibraltar subsistait un approvisionnement en eau sous forme d'une gigantesque cascade qui peu à peu finit par éroder le bouchon qui bloquait le détroit.C'est ainsi que vers - 5.48 millions années le bouchon sauta et la Méditerranée se reremplit rapidement. En 14 ans seulement et en remontant les canyons fluviaux loin dans les terres( jusqu'à Beaune ppur celui du Rhône).

Toute cette incroyable histoire constitue l'état du savoir désormais admis par tous les géologues après trente cinq ans de discussions féroces tel qu'il ressort d'un colloque international organisé début mai à Lyon.Les premiers qui ont émis cette hypothèses s'appellent William Ryan, Kenneth Hsü et  Maria Bianca Chita à la suite d'une campagne d'exploration du navire américain Glomar Challenger en 1970.

La conséquence possible? Il y a peut être du pétrole au fond de la Méditerranée sous la croute de sel. Un seul bateau est capable de forer à ces profondeurs le bateau japonais Chikyu. Il va bientot venir voir ça...