La Turquie était sous la menace que son parti au pouvoir, le parti islamiste AKP, et 71 de ses dirigeants dont le Premier Ministre, Recep Tayyip Erdogan, et le chef de l'Etat Abdullah Gül, soit interdit pour activité anti laïque, par la Cour Constitutionnelle Turque, saisie elle même par le procureur. J'avais eu l'occasion de suivre pour vous l'avancement de cette plainte sérieuse dans des messages ultérieurs

Le verdict vient de tomber et l'AKP a poussé un grand Ouf de soulagement.La Cour Constitutionnelle a finalement rendu un verdict équilibré en condamnant le parti pour activité anti laïque et en lui supprimant la moitié de son financement public(13 millions d'euros) mais sans aller jusqu'à dissoudre le Parti et interdire à 71 de ses dirigeants d'appartenir pendant 5 ans à un parti politique. Une décision qui permet de sanctionner les errements de l'AKP dont l'autorisation du port du voile à l'Université, mesure antilaïque provocatrice, et quelques déclarations anti laïques criantes de des dirigeants, sans aller jusqu'à la crise politique majeure, le "Coup d'Etat Judiciaire" comme l'AKP l'avait baptisé.

Un jugement qui confirmera un crédit auprès du peuple turc qu'un jugement plus extrème aurait pu faire perdre à  la Cour Constitutionnelle tout en donnant un avertissement sérieux à l'AKP. Recep Tayyip Erdogan en a d'ailleurs pris acte en déclarant " Nous continuerons sur le chemin de modernisation montré par Ataturk" et en s'engageant à "protéger les valeurs républicaines".

Une sorte de capitulation en rase campagne pour l'AKP et son leader. Il est vrai que le coup est passé très près car sur 11 juges, six, soit la majorité, ont voté pour l'interdiction. Or il fallait 7 voix pour pour que l'interdiction soit prononcée...