Notre Président vient de prendre la décision d'extrader vers l'Italie une ex Brigadiste Rouge italienne, condamnée en Italie à perpétuité pour le meurtre d'un Commissaire, Marina Petrella. Elle avait été accueilli en France en dépit d'une demande d'extradition de l'Italie, par un passe droit de François Mitterrand qui, dans une posture régalienne dont il avait le secret, avait accepté en France les terroristes des Brigades Rouges "repentis" au mépris des accords d'extradition réciproque avec l'Italie.Imaginez que le terroriste coupable de l'attentat dans le métro à la station Saint Michel ou de celui de la rue de Rennes et condamné à perpétuité de ce fait ait pu aller vivre tranquillement impuni en Italie parce qu'il se serait "répenti". Pensez vous que l'opinion publique française et les parents et amis des victimes auraient apprécié un tel deni de justice?

Le but de cet article n'est pas de porter un jugement sur cette position de principe de notre Ex Président pas plus que sur le retournement en faveur de l'application de la loi et des accords d'extradition. Chacun jugera en son âme et conscience.

Il est de m'étonner qu'une criminelle comme Marina Petrella ait pu être employée par l'Etat Français ou les collectivités locales comme .....Assistante Sociale.N'y a t il  donc aucun controle à l'embauche pour ces postes sensibles qui peuvent impliquer des contacts avec de jeunes enfants, des antécédents de la personne embauchée? Ou bien même, est ce que à l'arrivée en France de Marina Petrella, la protection humanitaire de notre ex Président serait allé jusqu'à offrir un poste d'Assistante sociale à une meurtrière fraichement répentie?

Qu'en pensez vous ?