C'est un grand jour aujourd'hui avec l'annonce de la libération d'Ingrid Betancourt par l'armée colombienne dans une opération risquée mais remarquable. Un jour où l'on aurait pu espérer voir disparaitre les soucis politiciens et voir s'exprimer une opinion consensuelle dans le remerciement des acteurs, tous les acteurs, qui ont participé à des titres divers et avec des niveaux d'implication divers à cette incroyable libération.

Or à quoi assistons nous? A d'incroyables discours pour, tout en se félicitant de la libération, ne pas prononcer le nom de ceux qui en ont été les acteurs principaux et pour certains déterminants. Ainsi, pas un mot du Président Colombien Alvaro Uribe dans les remerciements de certains, à la rigueur des remerciements à l'armée colombienne, et pas un mot pour le role déterminant tout de même de notre président.C'est à croire que c'est par la grace de calicots sur les murs de tel ou tel batiment officiel ou du compteur de jour que la libération des otages a soudainement eu lieu.

Le maire de Paris, exprime son souhait qu'il n'y ait pas de récupération politicienne de la libération d'Ingrid Bétancourt mais annonce en même temps qu'il organise une grande célébration à l'Hotel de Ville. Car bien sur c'est grace à son engagement personnel depuis des années que cette libération a lieu.Si ce n'est pas de la récupération politicienne, de quoi s'agit il?

Je pense que ceux qui soutenaient, avec leurs moyens propres, cette libération se grandiraient en reconnaissant la contribution de tous. Certains avaient critiqué la politique d'Alvaro Uribe. Il se trouve qu'elle a abouti. Que n'aurions nous pas entendu s 'il y avait eu une bavure lors de l'opération. Alors un peu de pudeur, rejouissons nous mais remercions ensemble TOUS ceux qui ont contribués...

On peut aussi faire du politicien par omission.