J'ai un certain intérêt, ayant vécu en Afrique, pour le Zimbabwe, ex Rhodésie, qui avait tout pour être un pays heureux, entre un climat propice aux cultures et un peuple accueillant et ouvert. Hélas,leur Président, Robert Mugabe, a tout gaché. Recordman du monde de l'inflation et devenu un dangereux " pousse au crime" avec ses partisans, il va être réélu Président, faute de combattant, son adversaire politique Morgan Tsvangarai, vainquer du premier tour, ayant préféré jeter l'éponge plutot que de voir lui même et ses partisans être physiquement menacés, battu et dans certains cas tués( 84 tués, 2700 bléssés et 30 000 déplacés).

Ce qui m'étonne le plus c'est le silence sidéral des Etats africains et de leurs dirigeants pendant très longtemps devant l'émergence de ce nouveau Ceaucescu. Et en particulier son voisin le plus développé et celui qui a récupéré plus d'un million de Zimbabwéens sur son territoire avec les émeutes ethniques que cela a suscité, l'Afrique du Sud. Il parait que si son président Thabo Mbeki ne dit rien, - et donc couvre les exactions des partisans de Mugabe-, c'est parce que celui çi représente en quelque sorte un symbole, un des dirigeants africains historiques qui ont chassé les anglais d'Afrique.La fraternité des armes en quelque sorte. C'est vrai, mais c'était il y a cinqante ans.

Faut il parce qu'il y a cinquante ans Monsieur Mugabe a été le leader historique de la libération de son pays que cela justifie les violences d'aujourd'hui? Thabo Mbeki semble avoir pris le parti de l'histoire plutôt que celui de soutenir un peuple qui soufre. L'histoire jugera.

A l'occasion des cérémonies organisées à Londres en son honneur, Nelson Mandela, ancien président d'Afrique du Sud et personalité emblématique de l'Afrique a quand même exprimé "la tragique défaillance de la direction du Zimbabwe" et s'est dit " profondément troublé des récents évènements qui ont conduit des milliers de ressortissants de ce pays à se réfugier en Afrique du Sud".Merci d'avoir enfin osé exprimé une opinion mais qu'elle est encore bien en retrait sur la cruauté des évènements.

NB Pour l'honneur de l'Afrique, un certain nombre de pays ont néanmoins exprimé leur indignation récemment Citons la Tanzanie,le Sénégal,le Rwanda et la Zamibie et le Kenya. Kofi Annan a qualifié le Zimbabwe d'horreur. Ceci sera une bien maigre consolation néanmoins aux déplacés et violentés.Il a néanmoins été accueilli comme un chef d'Etat lors de la conférence des Etats Africains et le président du Gabon, Omar Bongo,l'a félicité de sa victoire....

Quant au pouvoir officiel de l'Afrique du Sud, il ne dit toujours rien et reste le principal protecteur du roi Ubu zimbabwéen...