Il n'existe plus que deux pays communistes dans le monde, la Corée du Sud et Cuba. Un pays que les médias ont tendance à nous présenter comme un pays sympathique, méné par un leader charismatique Fidel Castro tout aussi sympathique.

Un pays ouvert au tourisme, nous dit on et donc le peuple est accueillant bien que souffrant de toutes sortes de privation.Des mesures de libéralisation récentes introduites par le frère de Fidel, Raul, moins bavard mais meilleur chef peut être, viennent de permettre à nos médias de nous en dire un peu plus sur le type de vie que l'on subit dans ces derniers bastions du communisme.

Il vient en effet d'abroger l'interdiction d'acheter des ordinateurs(!),des téléviseurs à écran plat,des magnétoscopes, des DVD des fours à micro onde et... des téléphones portables, l'outil icone de toute la jeune génération dont les cubains, aussi incroyable que cela paraisse, étaient privés.

Nous avons appris à cette occasion que Cuba en était encore au temps de l'Union Soviétique des années 70 avec des hotels et des boutiques réservées aux touristes et une monnaie à deux vitesses, le péso convertible pour les dirigeants et le peso non convertible pour le bon peuple qui valait 24 fois moins ! On en est encore, si je comprend bien, au salaire unique qu'elles que soient vos responsabilités qui fait qu'il vaut mieux être gardien du parking d'un hotel pour étrangers que chirurgien!

Les Cubains se sont jétés sur ces signes de liberté qui leur était en principe financièrement inaccessibles, ce qui prouve l'existence d'une économie " informelle" forte. Alimentée par les sommes envoyées par les émigrés cubains....

Tant mieux pour les cubains dont on espère qu'ils pourront un jour se payer sur leurs salaires ces objets de la vie courante qui leur restent encore largement inaccessibles.

Messieurs des médias, arretez de nous présenter Fidel Castro comme un aimable grand père.