Si vous lisez ce blog régulièrement, vous savez que la Chine partout dans le monde essaye de mettre la main sur les ressources énergétiques et minières dont elle a besoin pour alimneter son gigantesque développement économique. D'où son intéret , imité par l'autre pays émergent l'Inde, pour l'Afrique et ses immenses richesses.

La Chine avait déjà essayé via la CNOOC, China National Offshore Oil Corp,  de s'emparer de la compagnie américaine Unocal pour 18 milliards de dollars mais le nationalisme américain avait eu raison de cette première tentative. Depuis, les esprits ont eu le temps de s'habituer à l'émergence de ces nouveaux maitres du monde que sont les pays BRIC, et leurs réserves de dollars n'ont fait que croitre au point que ce sont devenus les banquiers de la terre.

Le quasi écroulement du système bancaire leur a cette fois ouvert les portes des plus belles pépites de la finance mondiale,- à un prix très elevé, il faut bien reconnaitre- et leur a apporté la respectabilité qui leur manquait.La baisse considérable de la bourse leur offre une occasion unique de ramasser des titres d'autres sociétés mondiales importantes...dans le secteur énergétique.

Vous avez remarqué que des intérêts chinois ont pris une participation dans le pétrolier français Total lequel a accueilli cette prise de participation, 1.3pct du capital, avec la décontraction qui convient à un patron aux ordres de ses actionnaires. C'est effectivement après tout la règle du jeu du capitalisme. Encore plus récemment, c'est au tour  d'une entité financière liée au gouvernement chinois d'investir 2 milliards de dollars cette fois dans...BP, le pétrolier national britannique. Une part de capital modeste, 1pct, mais qui préfigure peut être une entrée plus massive dans un avenir proche.

En tous cas la Chine, ses fonds souverains ou ses entités financières ou industrielles continuent à investir partout dans le monde dans les ressources énergétiques.

A suivre, sans nul doute.