Décidement la sémantique politique est toujours aussi curieuse.Nous voiçi revenu à l'époque de la "cagnotte" que l'on avait baptisé ainsi alors qu'elle correspondait à une très légère amélioration des recettes fiscales dans un budget au déficit annuel abyssal, comme c'est le cas depuis 25 ans. Le Ministre des Finances de l'époque( Fabius? Strauss Kahn?) avait eu toutes les peines du monde, de mémoire, pour que ses députés ne dépensent pas ce supplément de recettes inattendue qui venait minorer très légèrement le déficit budgétaire de cette année là, pour des cadeaux divers à leurs électeurs.C'est dire comme nos députés sont malheureusement irresponsables dans leur gestion des dépenses publiques.

Nous recommençons le même psychodrame cette année mais en sens inverse, les majorités ayant changées. C'est l'opposition socialiste cette fois qui accuse le gouvernement de rigueur parce ce dernier à décider de se serrer très mollement la ceinture pour quelques milliards d'euros. De ce fait nos dépenses annuelles vont passer glorieusement de Recettes + 20pct à Recettes +19pct.

C'est en effet ce qu'on appelle rigueur en langage parlementaire que de passer de dépenses plus élevées de 20pct que les recettes à des dépenses plus élevées que les recettes de seulement 19pct.

D'autant plus que cette présumée rigueur est liée à la révision à la baisse du taux de croissance prévisionnel pris en compte pour le calcul du budget 2008 pour cause de crise économique larvée dans le monde. Cette moindre croissance devait se traduire par une moindre rentrée d'impots dans les caisses de l'Etat de l'ordre de grandeur justement de la baisse des dépenses envisagées ci dessus.

Au total je prends le pari( sans grand risque) que notre déficit d'éxécution du budget 2008,- ou nos dépenses excessives-, sera toujours en fin de compte aux alentours des 45 à 50 milliards d'euros...Comme tous les ans depuis 25 ans.

De qui se moque t on en parlant de rigueur?