• La production de maïs au Etats Unis pour produire de l'Ethanol " à biocarburants" se traduit par une pollution croissante du Golfe du Mexique dans lequel se déverse les nitrates provenant de l'utilisation d'engrais pour les produire. Il s'est crée en effet dans l'ecosystème du golfe une zone morte qui atteint de l'ordre de 20 000 km2. Zone morte signifie une zone d'eau sans oxygène, celui ci étant consommé par les algues qui prolifèrent du fait de la forte concentration en nitrates.C'est une étude Canado-américaine qui le démontre. Cette zone morte, pour la première fois observée il y a 20 ans,se recrée et s'etend tous les ans après l'été, période de production du maïs.
    Comme quoi contrairement à ce que les écologistes et les paysans nous ont raconté depuis quelques années, les biocarburants ne sont pas aussi inoffensifs qu'il y parait
  • La marine est un pollueur peu connu mais sans doute plus grave que les autres du fait de la pollution liée au combustible qu'elle utilise, le fioul lourd, qui se rajoute aux émissions de CO2.Le fioul lourd concentre en effet le soufre et les métaux lourds qui existent dans le brut. Les armateurs grecs qui sont des grands acteurs du transport maritime avec la première flotte mondiale,se sont opposés pourtant à l'intégration de la marine marchande dans le système des permis à polluer payants que veut lui imposer l'union Européenne.D'après le syndicat des Armateurs grecs et la Greek Shipping Corporation Committee, cet "impôt" sur le commerce se traduirait par une baisse du commerce maritime et une augmentation du prix des transports.
  • Contrairement à leur collègues marins grecs, le transport aérien français a signé récemment avec le Ministre de l'Environnement une convention qui reprend les engagements discutés lors du Grenelle de l'environnement.Il s'agit de diminuer de 50pct le bruit et les émissions de monoxyde de Carbone, CO, le tueur des poëles surchauffés et non pas CO2, et de 80 pct les émissions d'Oxydes d'Azote d'ici 2020.Un objectif qui vise purement la diminution des émissions toxiques mais rien par contre sur les émissions de CO2.
    Un rappel néanmoins pour le plus gros exploitant, Air France/KLM, qui rappelle le plan de renouvellement de sa flotte qui vise à en diminuer la consommation moyenne de 15 à 20 pct d'içi à 2012 et donc les émissions de CO2 qui y sont corrélées.
    Un des éléments de ce plan de réduction des émissions de CO2 réside dans la mise en place de l'unification européenne du controle du trafic aérien pour lequel on sait que nos gouvernements sont peu enclins à l'activisme pour cause de préservation de la paix sociale.
  • La Poste qui avait essayé il y a quelques années, dans les années 90, de s'équiper de véhicules électriques, persiste et signe.Elle a lançé un appel d'offre pour lui fournir 500 prototypes de voitures électriques avec possibilité, en cas de succès, de passer une commande supplémentaire de 10 000 voitures, pour abaisser son taux d'émission global de CO2. Les véhicules doivent avoir une autonomie de 120 à 130 kilomêtres par jour, pouvoir être entretenus partout sur le territoire français,offrir des batteries recyclables et le tout pour un prix fixé par la Poste particulièrement bas.
    Pas de chance il sont mis la barre trop haute. Personne ne sait faire de tels véhicules, pas plus les constructeurs français que des nouveaux venus comme le groupe Bolloré. La Poste s'est rabattu sur 2 prototypes fournis par la société de voiture de sport Venturi et un attelage Italien Micro-Nett/Newteon qui ne présente pas plus de référence dans l'automobile.
    Il n'est pas inutile en matière de lutte contre la pollution de se rappeller parfois qu'à l'impossible nul n'est tenu...