La crise du subprime et de tout le système bancaire américain et international qui se traduit par une récession économique de plus en plus préoccupante est quand même le résultat de celui que l'on a considéré comme le grand phénix de la politique monétaire des Etats Unis, celui qui avait permis à l'economie américaine de tirer la croissance du monde.J'ai nommé Monsieur Alan Greenspan

Il est parti sous les honneurs et a bien voulu nous transmettre son savoir et ses mémoires dans ses oeuvres complètes qui ont été un succés de librairie. Merci pour lui ,mais avec le recul, force est de constater que c'est sa politique, parfois étonnante, de taux trés bas pour maintenir puis relancer l'économie américaine qui s'est traduit par le laxisme extrème du système bancaire américain dans sa politique de prets à risque.

Son successeur, Ben Bernanke, se débat pour boucher les trous qu'à creusé ce laxisme entre 2002 et 2006. Malheureusement, il en est réduit ....à faire la même chose, c'est à dire à abaisser les taux pour lui aussi relancer la machine économique à grand coup de baisse des taux et de mise à disponibilité de liquidités.Peut être en paierons nous le prix plus tard mais quand on coule a t on d'autre choix que de mettre les chaloupes à la mer?

Autre responsables de cette catastrophe financière, les poêtes de la mathématique de haut niveau qui nons ont pondus les fameux produits dérivés et les adeptes des LBO, ces prises de controle de société, parfois très grosses, en en payant directement 10pct et en en empruntant 90 pct.La dernière victime en est le fonds européen(!!) Carlyle Capital Corp, pourtant investi dans de l'immobilier américain "solide" mais qui vient d'etre tué par l'importance de l'effet de levier choisi pour le financer. Ironie de la chose, la solidité de cet immobilier a fait que les banques, qui étaient ses clientes, ont préfére mettre le fonds en faillite pour récupérer ce qui pouvait encore l'être!

A l'étage au dessus de cet immense gachis, on trouve le régulateur de toute cette industrie, les pouvoirs publics qui sont censés édicter les règles de fonctionnement de ce marché et de ses acteurs. C'est ainsi que Monsieur Henry Paulson,le secrétaire au trésor américain annonce des modifications drastiques du cadre légal dans lequel opérait tout ce beau monde, banques, agence de notation, investisseurs, Banque Centrale, Securities and Exchange Commission ).En d'autres termes l'autorité de régulation au fil des ans s'est fait chapoter par les banques et organismes financiers pour leur accorder toujours plus de liberté au lieu de les controler et les encadrer pour le plus grand profit du petit porteur. Il est vrai que comme Monsieur Paulson lui même, ce sont des banquiers que l'on choisit pour ces postes.

En Europe et même si nous avons partiellement échappé à la catastrophe pour l'instant, nous ne sommes pas plus brillant sur l'encadrement des opérations des banques et opérations financières. C'est ainsi que l'accord Bale 2 qui définit la couverture en capital des risques qu'elle prennent ou les nouvelles normes comptables sont, si j'ai bien compris, plus laxistes que celles qui les ont précédées!

Et quand comme Monsieur Trichet, on est plutôt strict et longtermiste, on tire à vue sur vous tous les jours. Car au dessus on trouve nos hommes politiques de tous poils qui, eux, ont besoin de santé économique à tout prix, même risqué pour...être réélus bien sur.Pensez vous que si Monsieur Bush n'avait pas eu la necessité de présenter un bon bilan économique pour sa seconde candidature à la Présidence, son administration et la Fed, en principe indépendante pourtant, aurait pris ce genre de risque sur le long terme au profit d'une activité economique forte sur le court terme?

Peut être la solution serait elle dans la limitation à un seul mandat des mandats électifs importants, dont celui de Président, et l'impossibilité pour les responsables de la régulation de ces métiers de pouvoir aller y pantoufler?

NB L'école française de mathématique en particulier celle de Polytechnique et de Dauphine réunies étaient l'écoil ede mointe dans les métiers de la finance des produits dérivés. Encore heureux qu'ils soient allées exercer leur talents aux Etats Unis.