Décidément l'actualité n'est pas tendre pour les services de l'Etat, jugez en plutôt:

  • La télévision nous présente une reconstitution sur deux jours de l'affaire Villemin cruelle pour la police et l'appareil judiciaire qui date des années 80 et qui appelle étrangement l'affaire d'Outreau. Même "petit" juge débutant et aux épaules bien trop frèles pour résister à la pression d'une telle affaire. Même puissance des médias qui chassent le scoop et le tirage et imposent les thèses et les coupables. Même terribles souffrances d'innocents injustement jetés en prison et en fin de compte même condamnation de l'Etat à verser des indemnités aux victimes pour incompétence du service public de la justice.
    Curieusement, on y voit le Ministre de la Justice d'alors, constatant les dégats dire qu'il allait concentrer ses efforts à la réforme de l'instruction pour empécher qu'un telle affaire se reproduise.
    20 ans plus tard et beaucoup de concentration de ministres sur telle ou telle réforme et nous ne sommes toujours pas sûrs qu'une affaire semblable ne pourrait pas encore se produire. Au fond du coeur des Français, ils pensent au contraire que l'affreux dérapage qui broient hommes et femmes est toujours possible...
  • L'actualité nous presente également un reportage sur le procès de l'agresseur de Karen Montet -Toutain, sa professeur d'arts plastique,Kévani Wansale et sa condamnation à 13 ans de prison.Vous savez sans doute que Karen Montet- Toutain s'était plainte de l'inaction de l'administration de l'Education nationale face à la menace qu'elle sentait planer sur elle.Son avocat, à la fin du procés a déclaré qu'il serait temps que l'Education nationale se remettte en cause et étudie sérieusement comment assurer à ses professeurs de pour voir exercer leurs fonctions dans des conditions de sécurité satisfaisante.
    Aujourd'hui encore, une tentative d'assassinat d'un professeur dans l'exercice de ses fonctions est toujours possible  et rien n'a été remis en cause dans le fonctionnement des lycées et collèges qui permette d'améliorer la situation des professeurs...
  • L'explosion de gaz de Lyon dont je vous avais parlé alors qu'elle venait juste de se produire dans un message du     a finalement tué un pompier, père de deux enfants et fait deux blessés graves et 38 blessés legers. Elle a donné lieu à l'évacuation de plus de mille personnes et au blocage d'un quartier très central de Lyon. Je passe sur les dégats matériels. Le lendemain, à la remise du gaz, on a frolé la catastrophe à nouveau par la faute d'une vanne qui aurait cédé! C'est dire la qualité de l'installation.
    Cet accident fait suite à un accident à Bondy en fin 2007 et un autre en début 2007. Au total depuis 1999, ce sont pas moins de 34 morts qui ont été dénombré sans que rien ne semble avoir été fait pour éradiquer ce type de risque.Les responsables potentiels se renvoient la balle et s'accusent mutuellement de négligences.Pour GDF, la canalisation "figurait très correctement sur le plan remis", pour l'entreprise de TP et sa fédération,les "maitres d'ouvrages et concessionnaires(EDF,GDF? France Télécom) s'affranchissent le plus souvent de la législation"?. Bref, la même catastrophe peut se produire demain matin à nouveau
  • L'Hopital de Toulouse Rangueil, également CHU, Centre Hospitalier Universitaire( quelle formation!) vient de se signaler par nombre de dysfonctionnement qui se sont traduits par des surirradiation de malades avec des conséquences irrémédiables sur leur santé. Après les mêmes erreurs à Epînal, va t il falloir simplement s'habituer à ce rythme d'erreur tous les ans ou bien va t on prendre le taureau par les cornes.

Je sais très bien qu'il est facile de critiquer et moins de trouver les parades à de tels incidents inacceptables. Simplement les français ont l'impression qu'on se satisfait année aprés année d'un certain rythme d'occurence de catastrophes diverses et que tant que ce rythme permet l'oubli entre deux catastrophes et quelle qu'en soit la gravité humaine, le ou les corps administratif concernés ne se sentent pas obligés de remettre en cause leurs manières de faire.

Gouverner c'est prévoir dit on. Alors messieurs passez enfin à l'action. La totalité des manquements à la mission ou au bon fonctionnement des institutions ou à la sécurité des personnels de tel ou tel organisme sont inacceptables et doivent faire l'objet d'études sérieuses et suivies d'effet pour en corriger impérativement les dysfonctionnements.

Une idée parmi d'autres: Dans toutes les industries mondiales, on a mis en place dans les années 90 les procédures d'amélioration permanente de la qualité ISO 9001.Ne pourrait on en faire de même dans les services de l'Etat, si ce n'a pas encore été fait?