La mise à disposition quasi gratuite de velos en centre ville pour tenter de diminuer les voitures et la pollution qui va avec se repand comme une trainée de poudre dans toutes les villes de France depuis sa première introduction dans la ville de Lyon sous le nom Velo'V. Leur nom générique s'est néanmoins transformés en Velib depuis leur introduction sous ce nom dans la capitale.

En voiçi une déclinaison à Saint Etienne dont j'ai jugé utile de vous parler, parce que le concept qui a présidé à leur lancement dans cette ville en est un peu différent. Saint Etienne est en effet une ville située en moyenne altitude(500M), au relief relativement accentué et flanquée de pas moins de 7 collines. C'est dire qu'y circuler à velo est un peu plus sportif que dans d'autres villes de France.

Le Velib stéphanois a donc été conçu pour être plus léger que ses homologues lyonnais ou parisiens, 15 kg au lieu de 21.Il a été ensuite décliné en deux versions, la version traditionnelle et une version  à assistance électrique pour les moins sportifs,les moins jeunes ou ceux habitants en haut des collines.Ils n'appartiennent pas et ne sont pas gérés par le  publicitaire qui exploite les panneaux de la ville mais sont une extension du service de transport en commun de la ville.

Enfin ils sont loués, non pas à l'heure mais à l'année ce qui devrait diminuer considérablement les frais de maintenance et pour une somme très raisonnable,45 euros par an pour le modèle standard et 90 pour celui à assistance électrique.

Autre idée en développement pour la seconde phase, doter les vélos d'un dispositif de géolocalisation ce qui permettrait peut être de diminuer considérablement le nombre de station fixes.

Décidement, ces stéphanois ont beaucoup d'idées!